Nouvelle Année ou Naissance Mystique du Soleil

Au point de vue cosmique, la nuit où le Soleil atteint sa latitude la plus méridionale est celle du 21 décembre et non du 25 comme l'affirme l'exotérisme. Alors, le Soleil entre dans le signe du Capricorne et commence réellement sa naissance mystique qui apporte l’impulsion d’une nouvelle vie, impulsion spirituelle aussi bien que renouvellement physique de toutes les créatures vivantes de notre terre. L’Esprit du Christ pénêtre comme chaque année le cœur de notre planète de Sa Force, Sa Vie et Sa chaleur ; lorsqu’il remonte vers le nord, il envoie cette force à travers la sombre et froide terre, ce qui amène la germination des semences endormies dans le sol. Sans cette nouvelle force vitale, il n’y aurait ni germination, ni croissance.

Très belle année de Lumière Christique

Une fois de plus nous voici portés par les vibrations christiques du début d'année, comme une invitation sans cesse renouvelée à travailler à l'école de la vie, et à réaliser notre idéal de service désintéressé, éclairés par nos Enseignements rosicruciens. S'il nous est arrivé, parfois, de douter de nos capacités, rappelons-nous ce que le Christ a dit "Vous ferez des oeuvres plus importantes encore que celles que j'ai accomplies". Alors, vous toutes et tous, chercheurs sur le sentier spirituel, ayez confiance en celui qui était parole de vérité et répendez plus que jamais la bonne parole par l'exemple et au quotidien. Tous les bénévoles du Centre de Paris vous souhaitent une très belle année 2018.

La Nuit Privée d'Etoiles suivie de La Paix Monastique

De nationalité franco-américaine, né en 1915 dans les Pyrénées-Orientales, Thomas Merton a influencé toute la génération d'après-guerre aux États-Unis par ses écrits spirituels et ses prises de position humanistes. Dans La Nuit privée d'étoiles, « Confessions » d'un Augustin moderne et livre culte depuis un demi-siècle, il nous fait partager son parcours spirituel : depuis sa jeunesse effervescente entre boîtes de jazz et militantisme politique et qui s'achève en « descente aux enfers », jusqu'à sa prise de robe dans un monastère trappiste du Kentucky. « Le chemin sera difficile, étroit, sinueux, mais au bout ce sera un éblouissement solaire et un bonheur quotidien. Belle leçon de persévérance ! » nous dit Geneviève, candidate du Centre de Paris. La Paix monastique est une réflexion profonde sur l'actualité de la parole de Jérémie : « Ils ont crié « Paix, paix », et il n'y a pas de paix ». Au-delà de la vie monacale, il nous invite à découvrir la part d'éternité dans l'« homme nouveau », et nous montre que « vivre avec les pauvres de son temps » est le seul chemin vers la paix véritable.  

Nos Rendez-vous des 2èmes Jeudis évoluent !

Les Jeudis des Amis Rosicruciens s'invitent désormais chez vous ! Notre rendez-vous se transforme et se transporte pour permettre au plus grand nombre d'en profiter. Il sera désormais possible à toute personne dotée d'une simple connexion internet de prendre part à notre rencontre mensuelle depuis son ordinateur, sa tablette ou même son smartphone. Le Centre rosicrucien de Paris propose ainsi de s'ouvrir à toute la francophonie pour plus de rencontres et d'échanges autour de nos Enseignements. Ce rendez-vous continuera d'être ouvert à toutes et tous, sur incription préalable, chaque 2ème jeudi de 18h00 à 19h30 dès le mois de février 2018.

La Légende de la Galette des Rois

A180122ContesGaletteDesRoisLa légende de la galette des rois

Qui ne connaît pas l’histoire des rois mages qui, guidés par une étoile, se rendirent à Bethléem rendre hommage à l’enfant Jésus ?

On sait moins ce qui leur advint sur le chemin du retour...

Le premier s’appelait Gaspard. Il avait le teint clair des Européens, et apportait de l’or. Le second, Melchior, avait la peau brune des gens de Palestine et d’Arabie. Celui-là était porteur d’encens. Le troisième, Balthazar, était couleur de nuit sans lune et ses dents brillaient comme brillent les dents des Africains. Ce dernier offrit à l’enfant Jésus de la myrrhe.

On sait moins ce qui leur advint sur le chemin du retour.

Ils étaient savants en beaucoup de choses, certes, mais cela n’empêcha point qu’ils se perdirent bel et bien, n’ayant plus le secours de l’étoile pour les aider. Après avoir erré plusieurs jours dans le désert, à bout de nourriture et sans eau, ils aperçurent enfin une misérable cahute devant laquelle se tenaient un couple et deux enfants.

Les joues décharnées, les yeux brillants de faim, ils firent pourtant bon accueil aux mages, les invitèrent à entrer, et leur offrirent un peu du peu qu’ils avaient : de l’eau pour se rafraîchir.C’est que nous avons faim aussi, dit Melchior. Un peu de pain, même rassis, ferait l’affaire.

- C’est que nous avons faim aussi, dit Melchior. Un peu de pain, même rassis, ferait l’affaire.

- Hélas, soupira la femme, nous n’avons plus qu’un peu de farine, de lait, d’huile d’olive, une noisette de beurre ; juste de quoi faire une galette que nous partagerons entre les enfants. Ensuite, il ne nous restera plus qu’à nous jeter dans le puits ou à mourir de faim.

Les mages se regardèrent.

- Faites la galette ma brave femme, dit Gaspard.

La femme obéit. La galette était tout juste suffisante pour une personne.

Gaspard, qui avait le teint clair des Européens, plia la pâte en deux, et la galette doubla en volume. Melchior, le mage à la peau brune des gens de Palestine et d’Arabie, plia de nouveau la pâte en deux, et il y en eu pour quatre. Balthazar, le roi Nègre couleur de nuit sans lune, plia encore la pâte en deux, et il y en eut pour huit.

Le couple remercia chaleureusement les mages. La femme étala la pâte et mit la galette à cuire. Elle était dorée à point.

L’homme se gratta la tête, le couteau à la main.

- C’est que cette galette est une galette pour huit, et nous sommes sept. Le partage sera difficile.

- La huitième part est celle du mendiant, dit Balthazar.

- Quel mendiant, dit homme ?

- Celui qui vient et que vous ne voyez pas encore.

À ce moment-là le plus jeune des enfants, un garçon, recracha quelque chose. C’était une bague que Melchior avait glissée – volontairement ou non, l’histoire ne le dit pas - dans la pâte.

L’enfant voulut rendre le bijou. Le mage sourit, ôta la couronne de sa tête et en coiffa l’enfant.

- Tout enfant est roi, dit-il. Tel est le message que délivrera un autre enfant, né il y a peu non loin d’ici. Pour commémorer ce jour, je veux que chaque année on fasse une galette, qu’on n’oublie pas la part du pauvre, qu’on y glisse une fève pour désigner un roi ou une reine, ne serait-ce que pour une journée.

Les pauvres gens promirent de respecter la volonté des mages.

C’est ainsi que naquit la tradition de la galette des rois, qu’elle se répandit, et qu’on se la transmit jusqu’à nos jours.

Une création de Jean-Claude RENOUX, écrivain et conteur.

Abécédaire

Actualités

Si j’ai voulu vous parler du plaisir, du bonheur et de la joie, c’est parce que ce thème est bel et bien au cœur de l’actualité. Je fais référence aux terribles...

Lire la suite

Par A. P. - Exposé de 1995 actualisé en 2017. Au cours de l'involution, nous nous sommes progressivement enfoncés dans la matière et nous nous y sommes perdus. La connaissance astrologique a...

Lire la suite

Les Jeudis des Amis Rosicruciens s'invitent désormais chez vous ! Notre rendez-vous se transforme et se transporte pour permettre au plus grand nombre d'en profiter. Il sera désormais possible à toute...

Lire la suite

Citations

Une hirondelle ne fait pas le printemps ; un seul acte moral ne fait pas la Vertu (Aristote - 384/322 av. J-C.).

La Religion est l’administration du sacré (Henri HUBERT - 1872-1927).

Pourquoi Dieu a-t-il fait l’homme jardinier ? C’est par ce qu’il savait qu’au jardin la moitié du travail se fait à genoux (Rudyard Kipling - 1865/1936).

L’amour n’est pas de faire des choses héroïques, mais des choses ordinaires avec tendresse (Jean Vanier).

« Quiconque ne recevra pas le Royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera pas » (Marc 10 :15).

Tous les Arts sont comme des miroirs où l’homme connaît et reconnaît quelque chose de lui-même qu’il ignorait (ALAIN dit Émile CHARTIER - 1868-1951).

La prière est une incantation magique, mais à moins que votre vie ne soit une prière, vous n’obtiendrez jamais la réponse (Max Heindel).

Le corps physique lui-même est le plus grand des mystères, parce qu’il renferme sous une forme corporelle, solidifiée et condensée, les essences mêmes qui vont élaborer la substance de l’homme...

Un peu de connaissance incline les hommes à l’athéisme, mais la grandeur de la connaissance ramène leur esprit à Dieu (Lord Bacon).

Si tu es malade recherche d’abord ce que tu as fait pour le devenir (Hippocrate - 460/370 av. J-C.).