La Vierge Marie et Christian Rosenkreuz

A150104ChristiannosenkreutzLaurent K. Djondo
(Rays de sept/oct 2003)

« Nous sommes tous des Christs en devenir, l’amour spirituel se développe en nous tous, aussi pourquoi ne serions-nous pas membres de l’une ou l’autre des Eglises chrétiennes qui chérissent l’idéal du Christ ? Certains des meilleurs collaborateurs de notre Fraternité sont membres, et même, ministres d’une Eglise ».

« Nombreux sont ceux qui ont faim et soif des enseignements dont se nourrissent nos âmes, et nous ne pouvons les partager en demeurant à part ; en outre, cela nous fait négliger une excellente occasion d’aider à élever le niveau de l’Eglise » (Lettre aux Etudiants N°4 – Max Heindel).

Les étudiants sur le sentier de l’occultisme pourraient avoir tendance, sans en être vraiment conscients, à se sentir supérieurs à leurs frères mystiques. Dans l’ouvrage de Max Heindel «Initiation Ancienne et Initiation Moderne», une image montre une montagne à deux voies : l’une droite et l’autre serpentée. On constate que là où les deux voies se coupent, les membres des Eglises (l’humanité ordinaire) sont plus avancés que les élèves de l’école occulte de l’intersection inférieure.

Il n’est pas facile pour un occultiste de retourner à l’Eglise traditionnelle. C’est comme verser de l’eau sur le feu : il doit faire un grand effort. Il lui faut développer beaucoup d’humilité.  L’Ecole Rosicrucienne rencontre ses élèves à la porte de la connaissance (feu) ; l’Eglise rencontre ses fidèles à la porte de la foi (Eau). L'étudiant rosicrucien devra développer la dévotion pour atteindre l’équilibre, alors que les membres des Eglises ont besoin de développer une compréhension mentale pour atteindre cet équilibre.

Quand je suis retourné à mon église (qui se trouve être l'église catholique), j'ai cherché à découvrir les points de convergence avec les Enseignements Rosicruciens. Ce qui est le plus apparent chez les catholiques, c’est le mystère dont ils entourent la Vierge Marie, et la vénération spéciale qu’ils lui accordent. Plusieurs questions me sont venues à l’esprit, à savoir : la vénération que les fidèles accordent à Marie contredit–elle les Enseignements Rosicruciens ? Quelle devrait être l’attitude d’un « rosicrucien catholique » à l’égard de Marie ? Quelle place les Enseignements Rosicruciens accordent-ils au sexe féminin ? Existe–t-il un lien entre la Vierge Marie, la Mère de Notre Seigneur Jésus-Christ et Christian Rosenkreutz, Fondateur de l’Ordre de la Rose-Croix ? Y a-t-il un rapport entre le Rosaire et la Rose-Croix ?

Au cours de mes recherches, j’ai découvert beaucoup de vérités ; la plus merveilleuse concerne les véritables relations entre la Vierge Marie et Christian Rosenkreutz ; ces relations sont de deux types : familiales et mystiques.

Relations familiales

Selon les Enseignements de la Sagesse Occidentale, Christian Rosenkreutz est la réincarnation de Lazare, le Fils de la Veuve, qui fut ressuscité des morts par notre Seigneur Jésus-Christ (voir le chapitre 4 de «Franc maçonnerie et Catholicisme»). Il est l’un des disciples de notre Seigneur, celui qu’il aimait le plus. Corinne Heline dit sans équivoque dans son ouvrage «Mystery of the Christos» que Jean le bien-aimé est Lazare, Lazare étant son nom initiatique.

Jacques et Jean sont les enfants de Salomé et de Zébédée. Salomé et Marie, la mère de Jésus, sont les enfants d’Anne et de Joachim. Par conséquent, Jacques et Jean sont les neveux de Marie. C’est ce lien de famille qui poussera Salomé la mère de Jacques et de Jean à intervenir auprès du Maître pour demander que ses deux enfants soient assis, «l’un à sa droite et l’autre à sa gauche, dans le Royaume des Cieux» (Matt 20-21).

Ce sont ces mêmes liens de famille qui ont amené à croire qu'ils étaient les enfants de Marie. En fait, Jacques et Jean sont les cousins germains de Jésus. En hébreu le même mot est utilisé pour désigner frère et cousin, comme on le trouve dans d’autres langues. Dans Galates 1 :19, l’apôtre Paul disait à Céphas «Mais je ne vis aucun autre des apôtres, si ce n’est Jacques, le frère du Seigneur».

Relations Mystiques

Selon les Enseignements de la Sagesse Occidentale, Dieu, (au niveau de notre système solaire) a trois aspects : Père, Fils et Jéhovah ou Saint Esprit. Chaque aspect possède deux pôles : le positif et le négatif ; Jéhovah représente le pôle positif et le Saint Esprit (le Consolateur) le pôle négatif, du Troisième aspect de Dieu.

Jéhovah a travaillé à travers Moïse pour donner La loi et le Saint Esprit à travers la Vierge Marie. Marie n’est pas seulement la mère physique de Jésus, elle est aussi sa mère spirituelle. Marie a pris part aux souffrances de son fils. Marie est allée au secours de son fils Jésus quand il avait rencontré le Gardien du Seuil de notre humanité qu’il devait racheter plus tard sur la Croix. Son aide pour son Fils (puis pour beaucoup de croyants) lui a valu le titre de «Notre Dame du Perpétuel Secours».

A propos du Saint Esprit, voici ce que dit Enoch : «Voici le bien-aimé ; Voici le Saint Esprit qui parle aux prophètes, la Reine de l'Océan de Lumière». Moïse était l’instrument de Jéhovah et Marie l’instrument du Saint Esprit ; Marie est décrite comme «la Fiancée du Saint Esprit».

Un mystique a écrit que «l’âme de Marie a offert au Saint Esprit un temple glorieux dans lequel vivre, un jardin secret dans lequel Lui seul peut pénétrer, un autel sur lequel sont offerts le plus sublime des sacrifices».

Le Saint Esprit œuvre mieux avec celui en qui les qualités féminines ont été développées et c’est en la Vierge Marie que ces qualités ont été les mieux développées.

«Qui est celle-ci qui s’avance comme l’aurore,  
Belle comme la lune, éclatante comme le soleil,  
Terrible comme une armée rangée en bataille ?».
Cantique des Cantiques : 6 :10

Ces paroles sont utilisées pour décrire le Saint Esprit. Au jour de l’Annonciation, l’Ange Gabriel affirma : «le Saint Esprit descendra sur toi et tu seras enceinte». Marie était présente au milieu des Apôtres, le jour de la Pentecôte, lorsque le Saint Esprit descendit sur eux. Tous ceux qui cherchent à s'approcher du Saint Esprit doivent d’abord développer les qualités féminines et maîtriser les désirs inférieurs en eux.

La première habitation des Frères Aînés s’appelait «La maison du Saint Esprit». La principale différence entre la Vierge Marie et Christian Rosenkreutz est que Marie suit la voie du cœur (= foi - élément Eau) alors que Christian Rosenkreutz suit celle du mental (= connaissance - élément Feu). Mais nous savons que pour avancer sur le sentier, pour atteindre à la Conscience du Christ, nous devons fouler les deux voies, celle de l’eau et celle du feu.

Parlant de ces deux voies, le Talmud dit : «On peut comparer la loi à deux chemins, l’un de feu et l’autre de la neige. Celui qui suit le premier périt dans le feu ; celui qui suit le second meurt de froid. Seule la voie du milieu reste sûre».

Aujourd’hui, de nombreux fidèles sont en quête de connaissances ésotériques et ils doivent pouvoir trouver satisfaction. Le niveau intellectuel de notre humanité a beaucoup augmenté. L'universalité des médias, la généralisation de l'éducation, l'application de méthodes scientifiques etc. ont favorisé l’évolution des mentalités. Les leaders des églises, les prêtres, les pasteurs passent beaucoup de temps à étudier dans les centres de formation, les séminaires. Aujourd’hui, il existe dans le monde, un nombre important de fidèles dont le niveau intellectuel est élevé. Une grande partie de la jeunesse chrétienne a accès aux études supérieures ; elle est en quête d'un niveau plus élevé des enseignements chrétiens, quelque chose de plus que ce qui est enseigné dans les classes de catéchisme et de Bible.

Comme Max Heindel conseille à ceux qui suivent la voie de la connaissance de retourner à leur église afin d'accélérer leur croissance de l’âme, de même, les membres des Eglises doivent t-ils s’ouvrir aux enseignements ésotériques occidentaux pour compléter leur formation chrétienne.

Certains pensent que l’intellect n’est pas important dans la recherche de Dieu. Cela est inexact. Les fidèles des Eglises qui aspirent à la sainteté ont aussi besoin de connaissances ésotériques, pour comprendre les expériences spirituelles qu'ils vivent sur la voie qui mène à la sainteté. Afin d’être spirituellement équilibré, chaque chrétien doit développer les deux voies, celle de la tête et celle du cœur. Saint Louis-Marie de Grignon de Montfort (1673-1716), conscient de cette vérité, insistait sur le fait qu’on ne doit pas réciter le chapelet d’une manière passive mais que la tête et le cœur doivent y participer.

De nos jours, la communauté chrétienne devrait promouvoir la création d'écoles ésotériques intellectuelles et mystiques. Dans un proche avenir, «La Cosmogonie des Rose-Croix» de Max Heindel sera très demandée par les chrétiens, car cet ouvrage fait appel à la fois à la tête et au cœur.

A travers la Vierge Marie et Jean le bien-aimé, le Christ a rétabli l’équilibre que l’humanité a perdu pendant la « Guerre des Cieux ». Avant cet événement, les constellations de la Vierge et du Scorpion ne faisaient qu'un. Cette guerre a changé l’axe polaire de chacune des planètes ainsi que le rythme planétaire de tout notre système solaire et séparé les constellations de la Vierge et du Scorpion (voir «Le message occulte de la Bible» de Corinne Heline. (Tome 1 - chapitre I, XV et XXII). Cette disharmonie a duré jusqu’à l’arrivée de notre Seigneur le Christ. Quand le Christ était sur la croix, il a réuni à nouveau, sur le plan spirituel, les constellations de la Vierge et du Scorpion. Notre Seigneur a pu réaliser ce Grand Œuvre grâce à ces deux disciples : la Vierge Marie et Jean le bien-aimé, représentant respectivement, la Vierge et le Scorpion.

Jésus, voyant sa mère, et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : «Femme, voilà ton fils». Puis il dit au disciple : «voilà ta mère». Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui (Jean 19 : 26-27).

Selon les Enseignements de la Sagesse Occidentale, Christian Rosenkreutz est la réincarnation de Lazare - Jean, le neveu de la Vierge Marie. Au moment de la résurrection de Lazare, le Christ initiait Jean son disciple le plus avancé dont le nom initiatique est Lazare, au nouveau Mystère Solaire.

Christian Rosenkreutz fonda l’Ordre de la Rose Croix en l’an 1313, dans le but d’apporter au monde des enseignements qui pourraient élever la conscience de l’humanité par la connaissance et le service aimant et désintéressé. Dans l’emblème rosicrucien, la croix symbolise la matière, le corps physique et les roses représentent l’âme. Lorsque l’Ego travaille consciemment sur ses différents corps, il fait croître l’âme qui, elle-même nourrit l’Esprit. Le Rosicrucian Fellowship est une école préparatoire de l’Ordre de la Rose-Croix dont la mission est de promouvoir la Conscience de l’Ere du Verseau, qui débutera vers l’an 2600.

 Le Chapelet

En l’an, 1214, la Vierge Marie fonda l’Ordre du Rosaire, «Rosa Mystica». Dans l’ouvrage de Saint Louis Grignon de Montfort «Le Secret du Rosaire», il décrit l’origine et la pratique du chapelet comme cela a été communiqué à Saint Dominique (1170-1221) par la Vierge Marie. Montfort, dans son ouvrage, appelle les grains du chapelet des «Roses». Le Chapelet est donc composé d’une croix et de roses.

Une des significations du mot «rosaire» est : couronne de roses. Celui qui récite le chapelet tisse une couronne de roses sur la tête de Notre Seigneur Jésus Christ. Le chapelet ordinaire est composé de 5 dizaines de grains. Le Rosaire consiste à prier un «Je vous salue Marie» par grain et à parcourir trois fois le chapelet pour obtenir 150 «roses» au total (qui correspondent aux 150 Psaumes). A chaque décade de grains, celui qui récite le chapelet contemple l’un des 15 Mystères qui sont le résumé de l’Evangile et la voie de la réalisation.

Les 15 Mystères sont divisés en trois parties :

1 – Mystères Joyeux :

    •  Annonciation
    • Visitation
    • Nativité à Bethléem
    • Présentation au Temple (Circoncision)
    •  Jésus dans le Temple à 12 ans.

2 – Mystères Douloureux :

    •  Agonie au Jardin des Oliviers 
    • Flagellation
    •  Couronnement d’épines 
    •  Jésus porte sa croix 
    •  Crucifixion.

3 – Mystères Glorieux :

    • Résurrection 
    •  Ascension
    • Pentecôte
    • Assomption de Marie  
    • Couronnement de Marie au Ciel.

«Un signe grandiose apparut au ciel : une Femme ! Le soleil l'enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête» (Apocalypse 12,1). Selon Saint Louis Grignon de Montfort, chaque cycle de 50 répétitions correspond aux versets 2-5 : 11 de l'épître aux Philippiens que l'on retrouve dans notre «Service du Temple».

  • Les Mystères Joyeux correspondent à «Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, qui s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes».
  •  Les cinq Mystères douloureux correspondent aux versets «Et quand il se fit homme, il se rabaissa Lui-même et se montra obéissant jusqu’à la mort, jusqu’à la mort sur la croix».
  • Les cinq Mystères Glorieux correspondent aux versets «C’est pourquoi Dieu l’a souverainement exalté et lui a donné un nom aux dessus de tout nom, afin qu’au nom de Christ Jésus tout genou fléchisse et toute langue confesse qu’il est Seigneur à la gloire de Dieu le Père».

Le Rosaire peut-être vu comme un procédé qui vivifie et intériorise tout l’Evangile afin d’unir la tête et le cœur de celui qui prie et contemple la vie de Jésus-Christ et de Marie. Lorsqu'on additionne les chiffres du nombre 15 (15 Mystères) on obtient 6 qui est le nombre clé de la Vierge Marie et de Christian Rosenkreutz ; six est le nombre du service, le nombre clé de la sixième maison et du signe de la Vierge du Zodiaque. C’est aussi le mot de passe du Rosicrucian Fellowship.

C’est en étendant toujours plus sa capacité de servir, que l’homme avance vers la divinité. Notre Seigneur Jésus Christ dit : «Que celui qui veut être le premier et le plus grand parmi vous soit le dernier et le serviteur de tous» (Marc, 9-35).

Quand vous additionnez les trois premiers grains de «Je vous salue Marie» aux 150 nous arrivons au nombre 153, ce qui donne le nombre 9 qui est un nombre très important dans la vie de la Vierge Marie et du «Chrétien à la Croix et la Rose». L’angélus qui annonce un exercice de dévotion commémorant et honorant Marie, sonne 3 x 3 = 9 fois. Quand Pierre sur l’ordre du Seigneur jeta le filet à droite de la barque, il prit 153 poissons, correspondant au nombre 1+5+3 = 9. Le même nombre 9 représente les 144.000 qui sont sauvés dans l’Apocalypse.

Selon les Enseignements de la Sagesse occidentale, neuf est le nombre de la Libération, de l’Initiation ; il existe 9 Initiations Mineures. Le neuvième mois (octobre) du calendrier est le mois du rosaire ; ce mois est gouverné par deux planètes : Mercure et Venus qui gouvernent la Vierge dans le Zodiaque naturel ou sidéral et Venus (affection) qui gouverne la Balance dans le Zodiaque intellectuel ; c’est au cours du mois d’octobre que le mystique peut le mieux unir en lui, les deux forces de la tête et celle du cœur. Ces deux forces sont bien amalgamées dans l’antienne de Catena qui est une prière à la Vierge Marie, une force pour lutter contre les mauvais esprits : «Quelle est Celle qui s’avance comme l’aurore, belle comme la Lune, éclatante comme le Soleil, terrible comme une armée rangée en bataille ?».

Prié avec le cœur, le rosaire aide à développer l’aspect dévotionnel ; fait révérencieusement, avec concentration mentale, une telle pratique pourra accélérer le développement spirituel de l'étudiant ésotérique. Parce que Max Heindel pensait que les écrits rosicruciens manquent d'éléments dévotionnels, il conseillait la lecture de l’ouvrage de Thomas à Kempis «L'Imitation de Jésus-Christ».

Marie est universelle, elle est la mère de notre Frère Aîné Jésus qui a apporté le salut à notre humanité.

Au début de cet article, nous avons posé les questions suivantes :

  • Quelle doit être l’attitude du catholique rosicrucien à l’égard de la Vierge Marie ?
  • Qu’elle est la place du sexe féminin dans les Enseignements Rosicruciens ?

Un étudiant rosicrucien devrait se sentir libre de vénérer la Vierge Marie et de réciter le rosaire, s'il s'y sent enclin. «La Madone et l'Enfant» est un thème de tous les temps. Il contient l’idéal suprême de la maternité comme on le trouve chez la Vierge Marie, la Mère immaculée de Jésus, porteur du Christ. La Vierge Marie est l’une des incarnations de la Madone Eternelle ; elle s’est incarnée à travers d’autres Mères telles que Isis en Egypte, la Vierge Frigga en Scandinavie, la Reine du Ciel au Mexique.

Marie était, et est, une grande Enseignante Spirituelle qui légua à son fils les richesses de sa profonde sagesse. Elle est le plus haut Initié qui se soit incarné dans un corps féminin. Dans l’ouvrage en sept tomes «Le message occulte de la Bible», écrit par Corinne Heline avec les encouragements de Max Heindel, il est dit que la Célèbre Madone peinte par Raphaël dans la chapelle Sixtine fut utilisée dans des écoles ésotériques chrétiennes comme thème de méditation. Parmi les premières images que les pionniers étudiaient et interprétaient se trouvait l’image de la Mère et de l’Enfant. Chaque temple mystique possédait un sanctuaire de guérison où l'on enseignait aux malades comment projeter leur conscience dans la Mémoire de la Nature d’où il recevait la force de guérison qui émanait de l’image sainte de la Mère Divine.

L’auteur de l’Apocalypse, qui plus tard devint le «Chrétien à la Rose et la Croix», écrit à propos de la Mère Cosmique : «Un grand signe parut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, et la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête» (Apocalypse 12-1).

L’église catholique vénère Marie, elle ne l’adore pas. La demande à l’égard de la Vierge Marie est « Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous … », alors que la prière du fidèle à l'intention du Christ est «Seigneur aies pitié de nous». En vénérant la Vierge Marie, nous ne sombrons pas dans la «Mariolâtrie» ; ce n’est pas à la Vierge Marie «extérieure» que nous nous adressons mais à la Vierge Marie «intérieure». Les membres du Rosicrucian Fellowship travaillent, en particulier, à l’émancipation de la femme dans tous les domaines de la vie.

Selon les Enseignements de la Sagesse Occidentale, l’Ego humain se réincarne alternativement dans des corps masculins et féminins. Le but de cette alternance est de permettre à l’Ego de recevoir toutes les leçons pouvant être tirées des expériences vécues sous l’influence de chaque signe, ces expériences n’étant pas les mêmes pour l’homme et pour la femme. Cela lui permet d’apprendre toutes les leçons qui peuvent être tirées des conditions qui existent sur Terre. Ce que font présentement les hommes pour la promotion des femmes leur profitera dans leur prochaine incarnation en tant que femmes.

Quand on a posé à Max Heindel la question de connaître son point de vue sur le suffrage de la femme, voici ce qu’il dit (Q&R T1-n°185) : «La femme, au contraire de l’homme, possède un corps vital positif et il en résulte qu'elle est intuitivement en contact avec les vibrations spirituelles de l'univers. Elle est plus idéaliste et imaginative, prenant un grand intérêt à toutes les choses qui tendent à l'élévation morale de la race humaine, et comme ce n'est que par la croissance morale et spirituelle que l'humanité peut progresser actuellement, la femme est vraiment le premier facteur de l'évolution. Ce serait un immense bienfait pour la race humaine si on lui accordait, en toutes choses, des droits égaux à ceux de l'homme. Tant que cela ne sera pas, nous ne pouvons espérer voir les réformes qui uniront vraiment l'humanité. Nous voyons cela, par analogie, si nous considérons le foyer où la femme est vraiment le pilier central, autour duquel se groupent le mari et les enfants. Selon sa capacité, elle fait le foyer ce qu'il est, elle est l'influence qui cimente, qui pacifie. Le père peut mourir ou quitter la maison, les enfants peuvent s'éloigner, tant que la mère reste au foyer, le foyer subsiste ; mais que la mère soit enlevée par la mort, aussitôt le foyer est brisé. Certains diront, «D'accord, mais si la femme se consacre à la politique, son foyer sera tout aussi bien brisé». Or c'est là une chose qui n'est pas à craindre. Il se peut que, pendant la période de transition où la femme devra lutter pour acquérir ses droits, elle néglige plus ou moins son foyer, cela jusqu'à ce qu'elle se soit adaptée aux conditions nouvellement créées ; mais dans les pays où ces conditions sont déjà établies, aucun foyer n'a été détruit, et il en est résulté beaucoup de bien, car les femmes sont toujours à l'avant-garde du progrès moral. Alors que les lois sont des expédients pour élever l'humanité à un plan supérieur, où chacun sera une loi en lui-même faisant ce qui est juste sans contrainte, il est néanmoins nécessaire, de nos jours, de réaliser légalement de telles réformes».

La Vierge Marie et Christian Rosenkreutz ont tous deux atteint la Conscience de la Période de Vulcain à travers Le Grand Œuvre qu'ils ont accompli sous la guidance du Christ. Ils ont donc dépassé la Conscience de la Période de Vénus qui est décrite comme Objective, Soi-Consciente, Créative et Tout-Amour. La Vierge Marie a souvent été représentée avec un cœur au centre de la poitrine pour symboliser l’équilibre parfait entre la tête et le cœur. Si l'on représentait Christian Rosenkreutz, il aurait également un cœur au centre de la poitrine. La Vierge Marie et Christian Rosenkreutz ont surmonté la mort ; ils possèdent une conscience ininterrompue dans ou hors du corps physique. La Vierge Marie travaille principalement avec les Eglises et les chercheurs mystiques ; Christian Rosenkreutz travaille avec les gouvernements, la science et les chercheurs spirituels à prédominance mentale. Savoir si le rosicrucien doit retourner à son église est une question individuelle. Max Heindel donne le conseil suivant à ce propos :

«Bien entendu, chacun est entièrement libre de ces décisions. On ne vous demande pas de devenir membres d’une Eglise, ni même de prendre part à ses services, mais si vous y aller dans l’idée de vous rendre utiles, je puis vous promettre que vous ferez l’expérience d’une merveilleuse croissance spirituelle en un temps très court» (Lettres aux Etudiants n° 4).

 Conférence basée sur l'Enseignement rosicrucien
légué à Max Heindel par les Frères Aînés de la Rose-Croix.