La Petite « Moi aussi »

A150131ContesRose-CroixSylphesHistoires de l'Ere du Verseau pour les Enfants
Vol. V, n°10

Dans un petit cottage tout blanc près de la mer, vivait une maman avec ses deux petites filles, et elles formaient une famille très heureuse. Il n'y avait pas de papa parce que DIEU l'avait rappelé à Lui dans le Monde Céleste situé derrière les ciels si bleus.

 

Ces deux petites filles étaient des petits trésors et de gentils aides. L'aînée s'appelait Peggy et la cadette Janet, mais personne jamais ne nommait Janet par son vrai nom ; on lui avait donné le surnom de "Moi aussi" ; et c'était ainsi que tout le monde l'appelait. Pourquoi ? Voulez-vous réellement le savoir ? Voici.

Lorsque maman ou Peggy avait quelque chose de beau, Janet disait "pour moi aussi", ou si Peggy allait quelque part, Janet disait "Moi aussi", et ceci devint bientôt son nom.

Dans ce beau cottage blanc, il y avait des tas de choses à faire, et les deux soeurs étaient heureuses de rendre de petits services à maman. Dans n'importe quelle tâche accomplie par Peggy, petite "Moi Aussi" faisait sa part. Je ne dois pas oublier de dire que la maman de ces petites filles était une maman extraordinaire, qui leur parlait d'étranges choses et particulièrement des petits esprits de la nature, qui vivent dans l'eau et dans les airs.

Un jour, les cousins de la ville vinrent visiter leurs chers parents du cottage près de la mer. Ils passèrent des heures joyeuses sur le sable et dans le jardin, à sauter au-dessus des vagues dans la mer et à paresser dans le Soleil, à écouter le bruit des flots.

Les cousins de la ville ne connaissaient pas grand'chose de l'Océan et des bords de la mer. Aussi, Peggy leur raconta-t-elle tout ce qu'elle savait à ce sujet.

Ils ne savaient pas que les trois quarts de la surface terrestre étaient de l'eau, et que le magnifique Océan Pacifique en était la moitié. Ils pensaient que l'eau était simplement de l'eau et ignoraient qu'il y avait des îles, grandes et petites, et même des continents perdus sous la mer infatigable.

Peggy était la petite informatrice. Elle raconta à ses petits cousins le phénomène de la marée, des tempêtes en mer et leur montra de tout près les phares dont les lumières tournantes éclairaient la route des navires.

Elle leur raconta qu'il y avait des jardins sous la mer, des récifs de corail et des tas d'autres choses, si bien que les cousins de la ville la considérèrent avec admiration et estimèrent qu'elle était une petite fille savante.

Ils connaissaient tout ce qui concernait la grande ville dans laquelle ils vivaient, et les rivières et les lacs sur lesquels ils patinaient en hiver, et des tas d'autres choses, mais les merveilles de l'océan étaient si nouvelles pour eux, qu'ils désiraient en connaître davantage.

Finalement Peggy avoua qu'elle n'en savait pas plus. Alors ils restèrent silencieux jusqu'à ce que petite « Moi aussi » dit, à leur grande surprise : "Peggy chérie, tu as oublié de leur dire comment les tempêtes se déchaînent, ce que nous a appris maman". C'était une longue phrase à dire pour la petite "Moi aussi", car elle était plutôt timide.

Alors les cousins la prièrent de raconter, et ainsi fit-elle.

"Les Sylphes qui vivent dans les nuages moutonneux prennent les jets d'eau que les ondines leur envoient et les portent directement dans les nuages. Ils les tiennent là jusqu'à ce que les ondines les forcent à les leur rendre. Les orages et les tempêtes sont réellement des batailles entre Sylphes et Ondines qui ont lieu sur la mer et dans les airs.

Les Sylphes doivent céder aux Ondines qui se saisissent des gouttelettes de pluie et les déversent sur la terre. Parfois les Salamandres se joignent au combat, et alors il y a des éclairs et des coups de tonnerre. Quelques-unes des gouttes de pluie tombent sur la terre et donnent à boire au gazon et aux fleurs. D'autres tombent dans les rivières et les lacs, et d'autres encore retournent à la mer bleue".

Ils étaient enchantés des explications de petite « Moi aussi ». Mais depuis lors, ils ne l'appelèrent jamais plus "Moi aussi". Janet s'était révélée ce jour là, elle ne fut jamais plus timide. Maman était très satisfaite. Elle dit que Janet avait montré de l'initiative et que dorénavant elle ne se contenterait plus d'imiter autrui, comme la petite "Moi aussi" l'avait toujours fait.