La Princesse Sybil

A150131ContesRose-CroixPrincesseHistoires de l'Ere du Verseau pour les Enfants
Vol. IV, n°10

Il était une fois une petite fée-princesse solitaire qui souhaitait ardemment que quelqu'un joue avec elle. Elle vivait dans le Royaume de Faire-Croire, toute seule avec son père, Roi-Amour et sa mère Reine-Beauté.

Naturellement, il y avait énormément de personnel dans le château qu'elle habitait, et de très nombreuses dames d'atour à son service. Elle se sentait malgré tout très seule, étant l'unique enfant du Royaume. Tous les autres étaient des adultes et les enfants ne peuvent pas très bien jouer avec les adultes, n'est-ce pas ?

Alors, elle devint de plus en plus malheureuse à cause de cette solitude, et finalement, elle s'en fut en pleurant trouver son père, Roi-Amour. "Oh ! Votre Majesté mon Père, je ne veux plus être une fée-princesse ! Je suis si seule et malheureuse ici, dans ce grand, grand château, sans compagne de jeux !" Reine-Beauté, qui était assise auprès du Roi sur le trône doré, prit la petite princesse dans ses bras et essaya de la consoler. Roi-Amour réfléchit un moment puis dit : "Tu sais, chère Sibyl, il est une règle ici selon laquelle nul ne peut rester s'il n'est ni satisfait ni heureux, et je ne peux changer la loi, même pour ma propre fille. Aussi, tâche d'être contente, sinon il me faudra te bannir et tu iras sur la Terre, afin de vivre comme un enfant de là-bas".

Il parlait tristement, car il était malheureux à l'idée que son unique petite princesse était mécontente dans son beau royaume. Il savait qu'il valait mieux pour elle, en ce moment, rester là où elle était protégée contre tout danger. Cependant, elle acquerrait beaucoup d'expérience en s'en allant.

La princesse pria ardemment: "Oh, envoyez-moi, envoyez-moi, Je vous en supplie ! Permettez-moi de devenir une petite fille de la Terre et d'avoir des frères et des sœurs, et de jouer avec les autres enfants de la Terre. DE GRÂCE, votre Majesté".

"Ma chérie", répondit tristement le Roi, "tu ne sais pas que tu auras bien des fois le cœur gros et que tu rencontreras des difficultés si tu vas vivre dans la Vallée de Larmes !" (quelquefois, au Royaume de Faire-Croire, les gens nommaient ainsi la Terre).

"Mais, Amour et Beauté ne peuvent-ils venir avec moi ?" demanda Sibyl, "Sûrement, vous deux pourriez dissiper tout malheur". "Non, cher cœur, nous devons rester ici pour gouverner ce royaume" dit Amour.

"Mais nous POUVONS envoyer une étincelle de notre baguette magique, afin d'éclairer les endroits sombres de son cœur, si elle désire vraiment s'en aller" se récria Reine-Beauté à l'intention du Roi.

C'est ainsi qu'ils envoyèrent au loin la Princesse Sibyl, dans sa quête du bonheur. Chacun lui dit qu'elle allait tout oublier du Royaume des Fées en devenant enfant de la Terre. Cela la chagrina car elle aimait ceux qui l'entouraient. Elle ne voulait oublier ni sa maison, ni ses amis. Aussi, elle alla trouver sa mère, la Reine, qui lui dit : "Ecoute-nous dans la chanson des petits ruisseaux qui courent parmi les arbres. Cherche-nous dans la corolle des fleurs des bois. Cherche-nous, perçois-nous dans les tapis doux et verts de mousse".

Alors, Sibyl devint un petit enfant de la Terre, comme nous tous. Après quelques années, lorsqu'elle fut devenue assez grande pour aller et venir et jouer et s'intéresser à toute chose, un jour, soudain, en cueillant des pâquerettes, elle trouva une minuscule et adorable créature pleine de Soleil et de rosée, dansant au centre doré de la plus grosse pâquerette que Sibyl ait jamais vue. Dansant et chantant en agitant en rond une baguette magique, la minuscule fée lui exprima sa joie débordante par ce chant :

"Dieu m'aime et je vous aime.  
Oh ! Dites-moi, je vous prie, que vous m'aimez aussi".  
Alors, la fée sauta hors de la pâquerette et se glissant dans l'oreille de Sibyl, lui murmura :  
"Ne nous oublie pas, chère grande fille  
Ne nous oublie pas, jamais, jamais ;  
Amour et Beauté, les fées aussi,  
Nous serons avec toi, toujours, toujours".

Alors, l'étincelle de la baguette magique que Roi-Amour et Reine-Beauté avaient placée dans le cœur de Sibyl, flamboya un moment pour que la princesse de la Terre sente désormais sa présence là, afin de la réchauffer et de la réjouir lorsqu'elle ressentirait la solitude ; parce que sur la belle Terre aussi, les petits enfants se sentent quelque fois seul. Une fois, Sibyl se sentit triste car les enfants avec lesquels elle jouait ne croyaient pas aux fées ; elle qui savait que ses dernières existaient réellement, fut chagrinée de penser à toutes les joies dont les autres se privaient.

Ainsi donc, chaque jour Sibyl trouva un message de Roi-Amour et de Reine-Beauté - oui, CHAQUE jour. Une fois, elle vit un petit nuage blanc qui était lentement poursuivi par deux autres, roses, dans le ciel bleu ; et elle rit intérieurement en voyant jouer les nuages. "Merci, Reine-Beauté, de me montrer quelque chose de beau, aujourd'hui".

Un autre jour, elle s'en allait un petit peu inquiète et mécontente, c'était un jour sombre et morne, chacun paraissant trop occupé pour jouer avec elle, lorsqu'elle vit tout-à-coup une jeune fille qui passait. Elle était âgée d'environ dix-huit ans et avait un éclair de joie dans les yeux. Peut-être quelqu'un lui avait-il raconté quelque chose d'amusant ? Elle sourit si gentiment à Sibyl que cette dernière sentit un étrange frisson la parcourir. Nul ne pouvait plus être triste en recevant un TEL sourire, plein d'amour, de joie et de compréhension.

Alors Sibyl lui rendit son sourire du mieux qu'elle put. Elle se demanda si la grande fille savait qu'elle avait été envoyée par le Roi pour donner à Sibyl un message d'amour.

Amour et Beauté viennent à nous de multiples façons, chaque jour, si nous prenons la peine d'ouvrir nos yeux et notre cœur, et si nous entendons ce qu'ils souhaitent nous faire savoir - qu'il existe un Dieu qui nous aime merveilleusement, et qu'IL nous a donné ce Monde si beau pour que nous y soyons heureux, en devenant meilleurs.

En grandissant, Sibyl recherchait de plus en plus les occasions de faire prendre conscience aux autres que nul n'est trop déguenillé, ou sale, ou laid, qu'on ne puisse l'aider, car en dépit de son aspect extérieur, son âme peut être lumineuse. Jésus Christ a dit que quoi qu'on fasse pour aider son PROCHAIN revient à l'aider LUI-MEME. N'est-ce pas merveilleux de pouvoir LE servir, LUI qui a tant fait pour nous ? La meilleure façon de LUI montrer notre amour est de toujours aider les autres.

Puis, Sibyl fut adulte. Tous ceux qu'elle rencontrait la bénissaient pour sa douceur et sa charité, sa sagesse et sa bonté. Quand vint enfin le moment pour elle de quitter la Terre, elle retourna au Pays de Faire-Croire. Quelles réjouissances et quelle liesse lorsque la Princesse Sibyl revint, car elle avait appris que le vrai bonheur vient seulement par le service d'autrui !