La Robe de Mariage

A150131ContesRose-CroixRobeEnOrHistoires de l'Ere du Verseau pour les Enfants
Vol. IV, n° 12 - par Ella Van Gilder

Il était une fois, à l'orée des temps, au-delà de toutes les étoiles scintillantes, une vieille femme et ses deux charmantes filles, Céleste et Terra, qui vivaient dans le petit royaume de Mundi.

Quoique ces deux jeunes filles fussent belles, elles étaient de caractère très différent. Céleste était bonne, gentille et réfléchie ; Terra était dure et égoïste.

Cependant, la mère préférait Terra, car elle lui ressemblait.  Aussi prodiguait-elle tout son amour à Terra ; elle lui donnait toutes les belles choses qu'elle possédait et la laissait grandir vaniteuse et insouciante.

Céleste n'avait jamais les jolies choses que sa soeur recevait et les soucis des autres semblaient tomber sur ses frêles épaules, toujours, mais elle était toujours enjouée, gaie, serviable, et jamais ne se plaignait que sa tâche était pénible.

Un jour, le roi de ce pays partit pour un long voyage. Il devait en ramener sa jeune épouse, mais comme il allait rencontrer en chemin beaucoup de difficultés et d'obstacles, il ne pouvait préciser la date de son retour. Aussi demanda-t-il à ses sujets de se tenir constamment prêts, afin que dès qu'ils entendraient sonner le héraut pour annoncer sa venue, ils puissent venir à la fête préparée pour son retour.

Dès qu'il fut parti, les gens commencèrent à s'agiter en tous sens : les uns pensaient que son retour était très lointain, et qu'ils avaient bien le temps de se préparer ; d'autres envisageaient qu'il puisse être tué et ne jamais revenir ; d'autres encore, préparèrent leurs vêtements et les mirent de côté en vue de son retour; et un petit nombre fit ce qu'il avait demandé et l'attendirent chaque jour. Terra et sa mère avaient prévu une magnifique robe : c'était un vêtement tissé d'or et brodé de rubis et de pierres précieuses ; et quand il fut terminé, elles le rangèrent dans un beau coffre sculpté.

Quant à Céleste, rien n'était prévu pour elle, et elle n'avait que ses seuls habits quotidiens, ceux qu'elle portait pour accomplir sa tâche quotidienne, consistant à grimper au sommet de la colline pour soigner et nourrir moutons et petits agneaux; et nul ne se souciait lorsqu'elle était en haut, de la robe qu'elle envisageait de porter pour le retour du roi.

Chaque jour, quelle que soit la fatigue de ses mains, elle tissait un petit bout de sa robe, à l'aide des petits brins de laine que les moutons laissaient accrochée aux ronces en passant, et des pétales des fleurs éclatantes qu'elle aimait tant; quelquefois, ses larmes coulaient, mais elle les refoulait et riait gaiement, sachant que le roi apprécierait son travail.

Après une longue période, lorsque le vent qui souffle autour des étoiles eut tourné de nombreuses fois autour du petit royaume, le héraut annonça le retour du roi; chacun commença à se hâter afin d'être prêt.

Certains n'eurent pas le temps : aussi restèrent-ils à l'écart, mais Terra et Céleste mirent les robes qu'elles avaient préparées et se rendirent à la salle du banquet. Terra plaça Céleste près de la porte, tandis qu'elle alla devant près du trône royal. Au bout d'un moment, le maître de cérémonie vint voir dans la salle si tout était en ordre. Mais lorsqu'il arriva près des gens qui s'étaient tellement hâtés et n'étaient pas correctement vêtus, il les fit sortir, car nul ne pouvait se présenter devant le roi s'il n'était pas vêtu avec soin.

Passant près de Terra, il s'arrêta et lui demanda pourquoi elle ne portait pas une robe convenable. Etonnée, elle baissa les yeux sur sa merveilleuse tenue et fut horrifiée de voir qu'elle était toute ternie et toute démodée : les rubis ressemblaient à des gouttes de sang et les broderies étaient devenues noires.

Comme elle s'en allait, elle essaya d'emmener Céleste, mais le maître l'arrêta en disant : "Regardez : elle porte la robe nuptiale". Terra regarda et vit : chaque fil était devenu de l'or, les larmes des perles et les jolies feuilles et fleurs de brillantes pierres précieuses.

Le maître la fit asseoir sur le siège qu'avait occupé Terra, car Céleste était digne de prendre place parmi ceux qui avaient attendu et étaient prêts pour le retour du roi.