Conseils aux Etudiants

A150123FlashRose-CroixConseilsF. Lachambre
Retranscrit par P. Deleuil

 Le but de l’Association Rosicrucienne est de former des élèves susceptibles de discerner entre le Bien et le Mal. Ils apprennent à se juger eux-mêmes d’une façon correcte. Ils sont entièrement libres d’agir d’une façon ou d’une autre car ils sont seuls responsables de leurs actions et de leurs pensées.

 Ils doivent décider eux-mêmes de leur ligne de conduite en se comportant selon leur conscience.

 Lorsqu’on est affilié à une église, on est tenu d’en observer les règles, d’obéir à un directeur de conscience, que se soit individuellement ou collectivement. Ainsi, en Orient, le gourou surveille son élève, le guide, le corrige et le protège ; il couve, pour ainsi dire, l’adepte comme une poule couve ses poussins.

 Beaucoup de membres de ces églises piétinent inlassablement et finissent par se cristalliser parce qu’ils recherchent ces directions et ne conçoivent pas que l’on puisse organiser une vie spirituelle sans leur appui. Ils s’en remettent à un confesseur auquel ils confient leurs fautes et se croient pardonnés s’ils en reçoivent l’absolution avec une légère pénitence. Ces gens sont demeurés au stade de la petite enfance.

 L’élève rosicrucien est son propre directeur de conscience, son professeur, son gourou. Sa responsabilité s’élargit car il se rend compte de l’ampleur de ses obligations en face desquelles il est tout seul.

Toutefois, il reconnaît comme le Maître des Maîtres, le Christ qu’il doit rencontrer par la méditation. Il reçoit la Lumière quand il a bien compris et assimilé l’enseignement apporté par le Christ, dont le principe se résume ainsi :

 "Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres" (Jean XIII.34).

 "Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c’est la Loi et les Prophètes" (Matthieu VII 12, Luc 31).

 "Ne fais à personne ce que tu n’aimerais pas subir".

 Telle est la loi fondamentale de tout étudiant rosicrucien et c’est avec cette loi gravée au plus profond de son cœur et de son intellect qu’il lui appartient de faire sa rétrospection du soir en s’examinant minutieusement, en s’attardant sur les points faibles pour les scruter afin de se rendre compte des progrès réalisés ou des nouveaux efforts à entreprendre pour supprimer un défaut ou un vice.

En outre, celui qui possède des connaissances en astrologie peut examiner son thème et considérer les tendances qui y sont inscrites. S’il y a des aspects qui ne sont pas encore révélés, il faut prévoir l’assaut toujours possible afin d’être en mesure d’y résister.

En effet, lorsqu’on s’engage sur le Sentier, ce qu’il y a de mauvais en nous remonte à la surface. Nous sommes obligés de tirer des épreuves que nous avons à subir, des leçons qui nous permettent d’éliminer petit à petit nos fautes en nous faisant reconnaître nos erreurs.

D’année en année les faiblesses apparaissent s’estomper. Lorsqu’un défaut se réveille cela indique que la racine n’a pas été arrachée, qu’elle végète en secret. Aussi, faut-il savoir s’examiner de très près pour pouvoir déceler ces germes imperceptibles du mal que nous portons en nous et rassembler tous nos efforts pour les détruire complètement.

 Notre seule espérance de récompense doit être de pouvoir entendre, en notre conscience, un écho de la voix de Christ nous disant :

 "C’est bien, bon et fidèle serviteur" (Matthieu XXV ; 21).

 Mais il faut veiller à ce qu’il n’y ait aucun orgueil en nous à ce moment-là, car si l’on ne conserve pas l’humilité de celui qui reconnaît sa faiblesse, on risque de perdre de vue que l’on dépend toujours du Maître qui nous prodigue ses grâces naturelles – que nous en ayons conscience ou non.

 Il ne faut pas être impatient, mais avoir confiance que tout effort portera ses fruits. A nous de considérer ceux-ci tels qu’ils sont et non tels que nous rêvons qu’ils soient.

 N’oublions pas le long passé qui pèse sur nous. Le poids de ce karma ne peut pas se dissiper en quelques années. Sachons être satisfait des progrès réalisés et, sans nous endormir sur nos premiers succès, persévérons dans l’effort actif du bien à accomplir, du mal à éliminer. Persévérons aussi dans l’effort d’examinateur intègre, impartial, mais sachant reconnaître le mieux qui a été acquis.

 Texte inspiré des enseignements rosicruciens
légués à Max Heindel par les Frères Aînés de la Rose-Croix.