1. penoa
  2. Partages
  3. samedi 22 septembre 2018
  4.  S'abonner via e-mail
Chers amis,
Une question m'a été posée, récemment, sur Facebook.
Elle concerne la comparaison entre les rêves lucides (RL) et les sorties hors du corps (SHC).

J'ai pensé qu'il pouvait être utile de publier ma réponse sur ce forum rosicrucien, même si, volontairement, la plus grande partie n'utilise pas le vocabulaire rosicrucien étant donné qu'elle s'adresse à des personnes qui ne connaissent pas l'Enseignement donné par Max Heindel.

Vous pourrez lire, en fin de texte, la traduction de deux commentaires rédigés par les modérateurs d'un site rosicrucien anglophone qui se placent, comme vous pourrez le constater, à une toute autre hauteur que celle à laquelle je me suis placé.
………………..

Personnellement, je ne pense pas qu'il y ait une différence fondamentale de nature entre les rêves lucides et les sorties hors du corps.
Dans les deux types d'expériences, la conscience se trouve hors du corps physique et se situe, en général, sur un plan vibratoire plus "élevé" que le monde 3D dans lequel nous vivons notre existence terrestre. (Voir la note en bas du texte).
Que ce soit en RL ou en SHC, on peut sentir que l'on se trouve dans un corps analogue au corps physique (mais pas toujours) qui, même s'il est plus subtil et donc invisible à la vue physique, n'en est pas moins "palpable" mais souvent avec des capacités dépassant celles du corps physique telles que la vision à 360°, le fait de pouvoir se déplacer soit en volant, soit instantanément d'un point à un autre, quelle que soit la distance qui les sépare, et également de traverser les murs (on sent souvent des picotements lors du passage) ou les fenêtres (même volets fermés).

D'ailleurs, le rêve "ordinaire" n'est déjà pas toujours, à mon avis, une simple "production" cérébrale mais peut être en rapport avec ce que notre "moi supérieur" et ses véhicules subtils vivent pendant le sommeil du corps physique. On se trouve alors comme dans un scaphandre qui déforme les informations reçues. On ne sait pas que l'on rêve ; on reçoit donc tout ce qui vient comme si cela se passait dans le monde physique et, même si les différences devraient "sauter aux yeux", on ne s'en rend compte qu'une fois réveillé.

On dit que l'on fait un rêve lucide dès le moment où l'on réalise qu'on est en train de dormir et de rêver. En général, on commence alors à pouvoir agir avec une conscience voisine de celle de l'état dit de veille. En effet, on s'aperçoit vite que l'environnement se modifie assez facilement en fonction de nos pensées et de nos désirs et qu'on peut se trouver presque toujours là où on le souhaite et faire à peu près ce que l'on veut. Je dis "presque" et "à peu près" parce qu'il y a les souhaits conscients et les souhaits subconscients qui peuvent être contradictoires.

La durée "réelle" d'un rêve lucide ou d'une SHC est assez courte, mais cela peut paraître subjectivement très long.

Ce qui caractérise souvent la SHC, c'est l'état vibratoire intense qui précède la "sortie", ainsi que le "retour" avec les picotements sur tout l'épiderme. J'ai écrit "souvent" car il arrive que la transition se fasse à partir d'un rêve ordinaire qui devient lucide et, si l'on a assez de conscience, on "sort" alors du rêve lucide pour vivre une SHC.
J'ai écrit au début que je ne pensais pas qu'il y ait une différence de nature entre RL et SHC, mais si le RL permet de vivre un peu ce que l'on veut, il n'en est pas toujours de même dans la SHC.

On peut, en effet, se trouver alors dans ce que William Buhlman, dans son livre "Voyage au-delà du corps", appelle les "environnements consensuels".
Ce sont des plans où se sont regroupés, par affinités, des êtres (humains décédés ou autres entités conscientes) qui ont créé, par leurs pensées et leurs souhaits, un environnement suffisamment stable pour que nous n'y puissions pas faire de modifications notables lors d'une SHC.
On peut remarquer que notre environnement matériel lui-même est, à fortiori, de cette nature consensuelle.
Il arrive, mais rarement (en tout cas, selon mon expérience) qu'une SHC se déroule dans l'environnement spatio-temporel usuel.

La plupart du temps, on peut noter des différences plus ou moins importantes, dès la sortie de corps, ce qui est d'ailleurs assez frustrant, car on aimerait (c'est du moins mon cas) rapporter des "preuves".
Cela arrive plus souvent dans le cas des EMI (expériences de mort imminente) et surtout dans les EMP (expériences de mort provisoire).

Il m'est arrivé, lors d'une SHC, de rencontrer deux dames que je ne connaissais pas et que je savais décédée (ne me demandez pas comment je le savais ; il se trouve que dans les états modifiés de conscience, on reçoit souvent des informations par intuition.)
L'une d'elle m'a dit : "Ah, vous êtes branché !" et j'ai répondu par l'affirmative, comprenant qu'elle entendait par-là que l'expérience était enregistrée par ma conscience de telle sorte que j'allais m'en souvenir au réveil. (Et comment ! Puisque des décennies plus tard, je m'en souviens comme si c'était hier…).

Il est possible que les informations passent par la fameuse "corde d'argent" que la Tradition et certains expérienceurs décrivent.
Personnellement, je ne l'ai jamais observée, mais je dois reconnaître que même dans la vie de tous les jours et malgré un certain entraînement à la concentration, je ne suis pas très observateur…
Il apparaît que la corde d'argent soit mentionnée dans la Bible (Ecclésiaste 12:6&7), juste avant le célèbre aphorisme :"Vanité des vanités, tout est vanité" (Ecclésiaste 12:8 mais aussi 1:2).

Max Heindel, dans la Cosmogonie de Rose-Croix en donne une description particulièrement précise (voir l'image jointe, que vous pouvez trouver également dans le menu "A disposition", dans la rubrique "Illustrations";).

Avec les techniques actuelles de réanimation, de plus en plus de personnes reprennent conscience (ici-bas),
après un arrêt cardiaque ou même après avoir constaté un électroencéphalogramme plat.
Peut-être un jour, reconnaîtra-t-on plus largement que c'est la rupture de la corde d'argent qui est le véritable indicateur de la mort physique ?

Je vous remercie de votre attention et me tiens prêt à accueillir vos réflexions, vos témoignages et à répondre à d'éventuelles questions.

N.B. William Buhlman, dans son livre "Voyage au-delà du corps", donne une intéressante représentation de ces niveaux vibratoires : l'univers, au sens spatio-temporel du terme, serait la surface d'une sphère (pensez à la peau de l'orange, par exemple), alors que les autres niveaux seraient à l'intérieur de la sphère. Ce n'est bien sûr qu'une représentation simplifiée. Celle d'hypersphère à "n" dimensions serait plus adéquate mais dépasse nos actuelles capacités mentales…

Commentaire 1.
Il est possible d'expérimenter une expansion de la conscience à un plan infiniment supérieur sans être associé à aucun type de déplacement, ni de celui-ci ni des autres corps. Lorsque tous les véhicules sont silencieux, l'esprit est capable de s'élever, sans aucune demande de mouvement dans aucun plan, car la supra conscience embrasse tout, du microcosme au macrocosme. Un tel état de conscience ne peut être provoqué, il se produit lorsque la personnalité est capable de se comporter comme un calice pour l'esprit.

Commentaire 2.
Les deux pratiques (RL et SHC) ne libèrent pas car elles nous connectent simplement de l’autre côté du voile, qui est juste l’autre face de la médaille.
Par la transmutation et la transfiguration, nous pouvons changer la structure de nos corps(visible et invisibles) afin que nous soyons libérés des deux côtés de la pièce.
Pièces jointes


Il n’y a encore aucune réponse faite pour cette discussion.
Cependant, vous n'êtes pas autorisé à répondre à ce message.