1. penoa
  2. Enseignements & Spiritualité
  3. vendredi 24 mai 2019
  4.  S'abonner via e-mail
Il n'est pas rare que de voir sur Facebook des publications avec une image comme celle que je place ici, où la taille de la Terre est comparée à celle du Soleil, avec un commentaire du type : "Pour ceux qui se sentent un peu trop importants, voici un petit rappel…Vous êtes ici".
J'aime bien mettre le commentaire suivant :
"Je comprends l'intention de ce type de comparaison pour rabaisser l'orgueil humain, ce qui peut avoir son utilité. Mais je pose tout de même cette question : en quoi la taille des êtres a-t-elle un rapport avec le degré de leur conscience ?".
J'ai donc décidé de rédiger ce qui suit afin de me permettre de donner mon point de vue sur cette importante question en donnant, dorénavant, juste le lien vers ce post.
Si l'on en croît la théorie du Big Bang, l'univers est issu de ce que les astrophysiciens appellent une "singularité".
Ce qui veut dire qu’il y a un "moment" dans le passé où l’univers était d’une petitesse quasi infinie, un point unique. C'est ce point qu’on appelle singularité.
Ce premier "instant" marque le début de l'expansion de l’univers, si tant est qu’on puisse parler d’instant puisque, par définition, le temps n’existe pas encore (et même le mot "encore" n'a pas non plus de sens dans ce contexte).

Je rappelle que l'univers tel que nous pouvons le "voir" dans les limites de l'horizon cosmologique, comprend au moins deux mille milliards de galaxies, dont la plupart comprennent plusieurs centaines de milliards d'étoiles.
On sait maintenant que le pourcentage d'étoiles qui possèdent des planètes est élevé.
A titre d'information et en comparaison avec les nombres donnés ci-dessus, le corps humain possède environ cent mille milliards de cellules et chaque cellule compte de l'ordre de mille milliards d'atomes. Notre corps est donc d'une immensité stupéfiante par rapport à la taille d'un atome.
Nous savons qu'en modifiant ne serait-ce que très légèrement la valeur de certaines constantes universelles, on aboutirait à des univers très différents.
Par exemple, si la force de gravitation était plus puissante, elle serait capable d’accumuler plus de gaz lors la formation stellaire et seules des étoiles massives se formeraient. Or, ces dernières ont une durée de vie beaucoup plus courte que notre Soleil. La vie (au sens biologique) n’aurait donc pas à sa disposition les milliards d’années qui lui ont été nécessaires pour se développer sur Terre.
Au contraire, si la force de gravitation était plus faible, seules des étoiles peu massives se formeraient. Il n’y aurait pas d’explosion de supernova et aucun élément plus lourd que l’hydrogène ou l’hélium n’apparaîtrait, ce qui semble un peu léger pour faire fonctionner des organismes aptes à "recevoir" une conscience, encore que rien n'empêche d'imaginer cette éventualité…
Le fait que l'univers possède précisément les propriétés permettant l’apparition de la vie au sens biologique du terme, amène certains scientifiques orientés vers le post-matérialisme à faire l'hypothèse que c'est "la raison d'être" de l'univers.
Cette hypothèse porte le nom de principe anthropique (anthropos signifiant "être humain" en grec).
Certains scientifiques vont même plus loin en parlant du "dessein intelligent".
Le 14 mars 2019, j'ai créé un post à ce sujet sur ma page Facebook, avec un lien vers une intéressante vidéo. Vous pouvez le trouver à l'adresse suivante :
https://www.facebook.com/RDEXPERAP/posts/1998408596953034?__tn__=K-R
Afin d'éviter d'avoir à admette l'éventuelle validité de cette hypothèse, beaucoup de cosmologistes font l'hypothèse d'une infinité d’univers (multivers), régis par des lois physiques différentes dont la plupart seraient vides de toute structure organisée comme les étoiles et les galaxies. La précision des constantes de notre univers devient ainsi un épiphénomène dû au hasard.
Ils peuvent dire : "Ouf !"...
Je me permets de donner ici mon point de vue.
Les quatre dimensions, spatio-temporelles de ce monde physique ne forment que la "surface" de l'univers.
On peut comparer cela à la peau d'une orange.
L'univers possède d'autres dimensions
Il est donné à l'être humain d'accéder, en état modifié de conscience, à certaines d'entre-elles. Au cours de ces expériences (expérience de mort provisoire, sortie hors du corps physique, extase mystique etc…), on peut parvenir à la conviction personnelle que toutes les consciences individuelles font partie d'une Conscience Universelle, que l'on peut nommer Dieu ou Source, comme des gouttes d'eau au sein d'un océan, ou encore comme les étincelles d'une même flamme et que l'on ressent comme étant l'Amour inconditionnel.
On connaît la question que pose alors l'athée ou l'agnostique :"Si Dieu a créé l'univers, qui a créé Dieu ?".
Il se trouve que le "sens commun" appelé aussi "bon sens" que tout doit avoir une cause ou bien que tout a une raison pour être tel qu’il est, a été remis en cause par la physique du vingtième siècle avec les deux théories de la Relativité d'Einstein et la Mécanique Quantique qui mettent notre logique binaire ("vrai" ou "faux";) à rude épreuve.
Je vais en donner plusieurs exemples.
Le lecteur qui connait bien le sujet ou au contraire qui n'aime pas trop la vulgarisation scientifique peut passer directement au dernier paragraphe qui est précédé par des pointillés.
La théorie de la Relativité Restreinte (1905) met en évidence que du point de vue d'un observateur, un évènement A peut avoir lieu avant un évènement B, mais que, du point de vue d'un autre observateur en mouvement par rapport au premier, l'évènement B peut avoir lieu avant le A.
Il y a aussi le paradoxe des frères jumeaux de Langevin (Paul Langevin, 1872-1946).
Si l'un des jumeaux A pouvait être envoyé dans l'espace à une vitesse proche de celle de la lumière, à son retour, il serait plus jeune de plusieurs années par rapport à son frère jumeau B resté sur Terre, si tant est que B soit encore en vie.
Bien sûr, la vérification de ce paradoxe ne s'est pas faite avec de êtres humains mais avec des horloges atomiques.
On en tient compte dans le procédé GPS ("Global Positioning System" et non pas "Guidance par Satellite", comme je le pensais).
Les satellites GPS, se déplaçant à 14000 km/h sur leur orbite, subissent un ralentissement du temps de 7 microsecondes par jour, par rapport à l'écoulement du temps au niveau terrestre.
Cela peut paraître dérisoire mais, du fait que les ondes électromagnétiques se déplacent à la vitesse de la lumière, cela provoquerait un décalage de l'ordre de deux kilomètres par jour dans le repérage de notre position.
Mais il se trouve qu'un autre paradoxe, cette fois-ci, en Théorie de la Relativité Générale (1915), vient corriger ce décalage en en créant un autre, en sens inverse.
Einstein a mis en évidence que plus la gravité est forte, plus le temps s'écoule lentement, (le cas extrême étant celui des trous noirs où le déroulement du temps tend vers zéro).
Les satellites GPS, étant en orbite circulaire à environ 20 200 km d'altitude, l’attraction gravitationnelle qu’ils subissent est environ 20 fois plus faible que la nôtre.
C'est ainsi que leur temps propre est accéléré de 45 microsecondes par jour, par rapport à l'écoulement du temps au niveau du sol terrestre.
On peut ainsi constater que les deux décalages se font en sens inverse mais qu'ils ne se compensent pas complètement.
Il se trouve que 45-7 = 38 (Scoop !)
Par conséquent, on obtient une accélération globale du temps de 38 microsecondes par jour.
Si on ne prenait pas en compte ces deux effets relativistes, l’indication du GPS se décalerait d'une dizaine de kilomètre par jour, ce qui nuirait gravement à la guidance.
Maintenant voyons très succinctement ce qui se passe en physique quantique, où nous sommes "servis" en paradoxes.
Il se trouve que les caractéristiques des particules sont sujettes à une indétermination intrinsèque (c'est-à-dire qu'elle n'est pas due à l'imprécision des instruments de mesure).
Par exemple, considérons une particule pouvant être en deux états possibles : l'état A ou l'état B.
Avant la mesure, la particule n’est ni dans l'état A, ni dans l'état B mais dans ce qu'on appelle une "superposition des deux états".
Par contre, après la mesure, l’état de la particule est bien défini : elle se trouve dans l'état A ou dans l'état B.
On dit qu'il y a eu "effondrement de la fonction d'onde".
Pour illustrer ce phénomène le physicien Erwin Schrödinger a élaboré, en 1935, la fameuse expérience de pensé dite "du chat de Schrödinger".
Un chat enfermé dans une boîte pourrait être à la fois mort et vivant, tant qu'il n'a pas été observé.
Bien sûr, l'utilisation d'un tel phénomène impossible dans la "réalité usuelle" a surtout pour but de frapper l'imagination. Le processus quantique qui aboutit à l'effondrement de la fonction d'onde est certainement plus subtil.
Vient s'ajouter à ce qui précède le Principe d'incertitude d'Heisenberg (1927) qui, contrairement à ce qui se passe au niveau macroscopique, montre qu'on ne peut pas connaître, avec la précision que permettraient les instruments de mesure, à la fois la position et la vitesse d'une particule. Insistons sur le fait qu'il s'agit d'une propriété quantique intrinsèque et non pas d'une imprécision technique.
Décidément, les particules ne se comportent pas comme des boules de billard !
Il y a même pire, si je puis dire !
Il s'agit de l'expérience des fentes de Young qui met en évidence que selon qu'elles sont observées ou non, des particules comme les photons ou même les électrons se comportent très différemment.
Je vous renvoie pour cela à une vidéo sous forme de dessin animé.
https://www.youtube.com/watch?v=La64_lUHfqs
Dans cette version du dessin animé, il y a, à la fin, un supplément sur "le monde à deux dimensions".
J'en profite pour vous dire que vous pouvez retrouver le "petit bonhomme plat" dessiné par le physicien Jean-Pierre Petit dans ma vidéo sur la quatrième dimension à l'adresse suivante :
https://youtu.be/aaamd3fuxd0
Je dis aussi "deux mots" du Paradoxe EPR (du nom des trois physiciens : Eintsein, Podolsky et Rosen) qui a été élaboré en 1935 parce qu'Einstein n'acceptait pas la possibilité de l'intrication quantique qui fait que deux particules puissent former "un tout" indépendamment de la distance qui les sépare et que toute "action" sur une particule modifie instantanément l'état de l'autre particule.
Alain Aspect, en 1982, a été le premier à prouver qu'Einstein se trompait à ce sujet...
Je vous renvoie à un autre dessin animé sur ce sujet passionnant.
https://www.facebook.com/profile.php?id=100004838537579

On approche de la réalisation d'ordinateurs quantiques, utilisant à la fois l'intrication quantique et le principe de superposition des états quantiques, dont les capacités dans certains domaines amèneront nos ordinateurs actuels à être relégués au "musée des antiquités".
……………………………………………………………………
Je vous rappelle que ce que vous venez de lire (ou non) sur la Relativité et la Physique Quantique est censé être en rapport avec la question :"Si Dieu a créé l'univers, qui a créé Dieu ?".
Je ne prétends pas apporter, ici, une réponse satisfaisante à cette question qui a tant fait "couler d'encre" et continue à la faire.
Je dirais seulement qu'une approche purement intellectuelle de cette question ne permet pas de la "régler" car l'état actuel de notre intellect est encore bien embryonnaire.
Je préfère ne pas parler d'éternité car cela implique encore une forme d'écoulement du temps.
Je dirais plutôt que si l'on parvient à admettre une "réalité hors du temps", (même si on est incapable de la concevoir), la question de l'origine n'a plus de sens puisqu'il n'y a plus d'avant ou d'après.
A mon avis, davantage que par une réflexion intellectuelle et philosophique, l'accès à la conscience de ce qu'est le "non-temps" peut résulter d'une intuition ou d'une des expériences en état modifié de conscience que je mentionnais précédemment.
Enfin, si vous avez eu le courage de me suivre jusqu'ici, je réponds à la question initiale sur le rôle que peut jouer la taille comparée du soleil et d'autres étoile pour réduire l'orgueil humain.
Il m'apparaît que la taille des véhicules physiques des consciences a peu d'importance. Ce qui importe c'est leur efficacité pour l'évolution de ces consciences.
L'image qui m'a amené à créer cette publication compare la taille de la terre par rapport au soleil qui pourrait la contenir plus d'un million de fois, mais il y a "mieux" puisque certaines étoiles peuvent contenir plusieurs milliards de fois notre soleil (voir la vidéo donnée par le lien ci-dessous) et si cela aide à rester humble ou à le devenir, j'adhère à la démarche.
https://www.youtube.com/watch?v=0eO1yTvwcZ4
(Cette édifiante vidéo dure moins d'une minute).
Pièces jointes
Réponse acceptée Pending Moderation
Complément.
J'ai écrit ci-dessus : Le 14 mars 2019, j'ai créé un post à ce sujet sur ma page Facebook, avec un lien vers une intéressante vidéo. Vous pouvez le trouver à l'adresse suivante :
https://www.facebook.com/RDEXPERAP/posts/1998408596953034?__tn__=K-R

Que celles et ceux qui ne sont pas sur Facebook ne soient pas déçus, vous trouverez cela sur ce site en allant, sur le forum, au post intitulé "Le dessein intelligent".
  1. il y a plus d'un mois
  2. Enseignements & Spiritualité
  3. # 1
Réponse acceptée Pending Moderation
Chers amis,
Quatre jours après sa publication, "l'aventure" de cette publication sur Facebook se poursuit avec plus de 4100 personnes touchées et plus de 800 interactions.
Comme vous avez pu le lire, j'ai ajouté, en bas du texte, le lien vers une vidéo d'une minute qui donne une idée du fait que l'étoile "Vy Canis Majoris", située dans notre galaxie à environ 4500 années-lumière du Soleil, est un milliard de fois plus volumineuse que notre étoile.
On a constaté, en 2012, que "Uy Scuti", située à 9500 années-lumière de nous, était trois fois plus volumineuse que "Vy Canis Majoris".
  1. il y a plus d'un mois
  2. Enseignements & Spiritualité
  3. # 2
  • Page :
  • 1


Il n’y a encore aucune réponse faite pour cette discussion.
Cependant, vous n'êtes pas autorisé à répondre à ce message.