1. penoa
  2. Forum
  3. jeudi 1 août 2019
  4.  S'abonner via e-mail
Chers amis,
Je viens de placer sur ma page Facebook aujourd'hui une publication dont je me suis dit qu'elle pouvait vous intéresser même si, comme pour les précédentes, je fais en sorte de ne pas utiliser le vocabulaire de l'Enseignement Rosicrucien, ni même de l'ésotérisme en général.
J'ai juste modifié un lien pour ceux qui ne sont pas inscrits sur Facebook.
Il reste tout de même deux liens Facebook que je n'ai pas vu comment remplacer.
………………………………

Je traite ici d'un sujet auquel je réfléchis de temps en temps depuis que j'ai vécu, dans ma jeunesse, mes premières sorties hors du corps.
Il vous est peut-être arrivé de vous demander pourquoi de nombreuses religions placent le paradis en haut (au ciel) et l'enfer vers le bas (sous terre).
Cela fait, d'ailleurs, bien rire les matérialistes (voir la note sur Gagarine au bas du texte) et met mal à l'aise certains croyants.
Voici une autre question à laquelle je tenterai de répondre : "Est-ce que les anges ont besoin d'ailes"
Rassurez-vous, je ne vais pas faire, ici, une étude historique de ces représentations dans les diverses religions. On trouve, maintenant, tout ce qu'il faut sur Internet.
Je vous donne juste un lien vers une vidéo que je viens de découvrir et de regarder avec beaucoup de plaisir. Elle date de l'an 2000, avec une qualité médiocre des images, mais le conférencier, Jean Delumeau, (96 ans en 2019), qui est historien, spécialiste du christianisme, est un si bon orateur, avec une telle culture, que je n'ai pas vu le temps passer au cours de presqu'une heure trente que dure la vidéo. Si vous ne disposez pas d'assez de temps, je vous conseille de suivre les 20 premières minutes et les 20 dernières.
https://www.canal-u.tv/…/uni…/que_reste_t_il_du_paradis.1212
…………………..
Vous savez que la perception que nous avons du haut et du bas est due au fait que nous sommes dans le champ de la pesanteur terrestre.
Pour les astronautes en apesanteur, il n'y a plus ni haut, ni bas, ou plutôt leur "haut" et leur "bas" changent de direction selon la position qu'ils occupent dans leur environnement.
Pour voir se modifier notre perception du haut et du bas, il n'est pas nécessaire d'aller dans l'espace ou de vivre cet état d'apesanteur une vingtaine de secondes toutes les 5 minutes, dans un avion effectuant une quinzaine de paraboles.
Il y a une expérience que l'on peut vivre à la fête foraine, à condition d'avoir, comme l'on dit, "le cœur bien accroché".
Il s'agit d'entrer dans un "rotor".
Il est constitué d'un cylindre de quelques mètres de diamètre, dans lequel les participants se placent contre la paroi.
Il démarre et commence à accélérer sa rotation.
Une fois atteinte la vitesse de rotation adéquate, le plancher s'abaisse brusquement et les personnes restent "collées" à la paroi.
Que se passe-t-il pour celles et ceux qui vivent l'expérience à l'intérieur du rotor ?
Je peux en parler car, adolescent, je suis allé plusieurs fois dans le rotor de la foire du Trône (qui se trouvait, à l'époque, près de la place de la Nation, dans le 11ème arrondissement de Paris).
Eh bien, la personne qui vit cette expérience, ne se sent pas collée à la paroi, les pieds dans le vide, mais elle a simplement l'impression que la paroi s'incline progressivement jusqu'à se mettre à l'horizontale.
La seule chose curieuse, c'est de voir, de l'autre côté du cylindre, des personnes qui semblent être "collées au plafond".

Dans certaines expériences hors du corps, il m'est arrivé d'avoir l'impression d'être comme une aiguille métallique entre les deux pôles d'un aimant et que la qualité de mes pensées ou, disons de mon état d'âme, entraînait, soit une "montée" vers la lumière, soit une "descente" dans des régions moins lumineuses...
Et cette sensation de monter ou de descendre est "réelle" pour celui qui la vit comme celle d'être allongé que l'on ressent dans le rotor.
Pour ceux qui ne l'ont pas lu, je mets ci-dessous le lien vers une vidéo où je témoigne de ma rencontre avec l'Amour inconditionnel manifesté par des êtres qui me sont apparus sous forme d'un groupe d'étoiles dans un ciel d'un bleu intense, se déplaçant au-dessus de la Seine, d'Est en Ouest.
https://www.youtube.com/watch?v=1G-GCZ2z-jU

Comment interpréter ces sensations d'élévation ?
Je vais tenter une approche analogique.
Je prends un premier exemple avec l'huile et l'eau.
Dans le champ de la gravitation terrestre, vous avez pu remarquer que si vous versez de l'huile et de l'eau dans un récipient, après un certain temps et quelle que soit sa composition, l'huile se place toujours au-dessus de l'eau.
Il s'agit d'une question de densité : l'huile est entre 4% et 16% moins dense que l'eau. C’est d'ailleurs pour cela que des nappes de pétrole flottent à la surface de la mer, tuant les oiseaux marins et polluant les côtes.

Passons maintenant aux sons.
Une onde sonore ou onde acoustique est une vibration des molécules autour de leur position d'équilibre (ou état de repos) qui se propage à la suite de la perturbation du milieu, le plus souvent l'air, mais qui peut aussi être liquide ou solide.
Contrairement aux ondes électromagnétiques dont nous dirons quelques mots par la suite, les ondes sonores ne se propagent donc pas dans le vide
Captée par notre oreille, une vibration sonore met en mouvement le tympan, point de départ de la stimulation de l'oreille et de la perception de l’information sonore.
Un son est caractérisé par le nombre de vibrations par seconde que l'on appelle sa fréquence, exprimée en hertz (Hz) et par l'amplitude de cette vibration que l'on appelle intensité qui s'exprime en décibel (dB).
Plus la fréquence est élevée, plus le son est aigu, plus l'intensité est élevée plus le son est fort.
1Hz correspond à une vibration par seconde.
L'oreille humaine en bon état entend de 20 Hz à 20 000 Hz.
Au-delà, on entre dans le domaine des ultrasons (perçus par certains animaux dont les chiens).
La note "la" du diapason n'a pas toujours été à la même fréquence.
Du XVIème siècle à nos jours, sa fréquence a varié entre 392 Hz et 466 Hz.
Depuis la fin du XIXème siècle, cette fréquence était de 432 Hz, celle de Verdi (1813-1901), mais en 1939, une fédération internationale de standardisation fixa cette fréquence à 440 Hz, ce qui fut entériné en 1953, malgré de nombreuses protestations.
Pour ceux qui sont intéressés par cette question, je vous donne le lien vers un article que j'ai trouvé bien fait, même si je me doute que son ironie à l'égard des thèses qui y sont considérées comme "conspirationnistes" et "spiritualistes" au sujet de cette fréquence puisse gêner certains lecteurs.
Bien qu'aimant la musique et jouant du piano, je me garderai de prendre parti sur ce sujet que je ne suis pas encore parvenu à comprendre clairement. En tous cas, j'ai constaté que la seule oreille encore valide dont je dispose n'a pas fait la différence entre un même morceau en 440 Hz et en 432 Hz. Je laisse donc cela aux personnes mieux "équipées" que moi.
Il y a beaucoup d'autres articles sur Internet sur ce sujet avec des avis divergents…
http://www.slate.fr/story/118605/frequences-musique
Je dirai seulement quelques mots au sujet des figures de Chladni.
Chladni (1756-1827) est un physicien allemand, fondateur de l'acoustique moderne. Il étudiait expérimentalement les vibrations des plaques, en les saupoudrant de sable fin, obtenant ainsi des figures acoustiques qui portent son nom. J'ai suivi très récemment une vidéo du professeur Marc Henry dont je donne le lien ci-dessous. Vous pouvez suivre, entre la huitième et la dixième minute de cette vidéo, ce qu'il dit au sujet du 440 Hz et de 432 Hz en rapport avec les figures de Chladni.
https://www.youtube.com/watch
Quant au décibel, je ne vais pas en donner la définition exacte qui utilise le logarithme décimal. Je dis juste que le doublement de l'intensité sonore, appelé aussi "volume" ou "niveau" sonore, correspond à une augmentation de l'intensité très proche de 3 dB (la valeur exacte étant 10 log(2) soit environ 3,0103).
Sur certains sites Internet, on peut lire que ce doublement d'intensité correspond à 1 Bel, c'est-à-dire 10 dB, ce qui est faux.
Ainsi, deux conversations identiques et simultanées de 50 dB ne donnent pas 100 dB mais 53 dB.
Un bruissement de feuilles correspond environ à 15 dB ; un marteau-piqueur correspond à une intensité entre 100 et 120 dB, ce qui est, hélas, aussi souvent le cas des sonos, et ce qui dépasse le seuil de risque pour l'oreille, situé à 90 dB.
Je dirais aussi quelques mots, pour finir avec cette question du son, d'un troisième paramètre qui est la vitesse de propagation des ondes sonores et, tout d'abord, dans le milieu le plus usuel pour nous, qui est l'air.
La vitesse du son augmente avec la température de l'air et aussi avec la pression atmosphérique. Elle est d'environ 340 mètres par seconde, dans les conditions usuelles.
La propagation du son dans l'air se fait donc près de 900 000 fois plus lentement que celle des ondes électromagnétiques.
Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, plus le milieu est dense, plus vite se propage le son. Ainsi, dans l'eau, la vitesse du son est d'environ 1480 mètres par seconde. Elle augmente encore dans un solide. Par exemple, dans le béton, le son se propage à une vitesse d'environ 3100 mètres par seconde. Evidemment, suivant l'épaisseur d'un mur ou d'un sol en béton, certains sons, comme la voix, ne "passeront" pas, et heureusement pour notre qualité de vie quand on habite en appartement (dont, hélas, certains résonnent trop).

Si vous avez eu la patience de me lire jusque-là, vous vous demandez peut-être où je veux en venir, par cette longue digression sur les sons.
Il est vrai que j'aurais pu faire beaucoup plus court et j'avoue m'être laissé entraîner par le sujet mais j'espère qu'il aura pu intéresser certains lecteurs.
Je voulais juste faire cette remarque que l'augmentation de la fréquence sonore est ressentie, sur le plan acoustique, par le fait que le son "monte", même si ce n'est pas une question d'altitude spatiale. Et lorsqu'on augmente l'intensité, on dit aussi qu'on "monte" le son.
J'espère que cette analogie ne paraîtra pas trop "tirée par les cheveux"…

Avant de quitter le domaine scientifique, restons dans le domaine des fréquences et disons, comme annoncé précédemment, quelques mots des ondes électromagnétiques.
Comme leur nom l'indique, les ondes électromagnétiques sont composées d'une onde électrique et d'une onde magnétique. Ces deux ondes oscillent à la même fréquence dans deux plans perpendiculaires et se propagent le long de la droite d'intersection de ces deux plans. La propagation de ces ondes s’effectue à une vitesse qui dépend du milieu considéré.
Dans le vide, la vitesse de propagation est pratiquement égale à 300 000 km/s (la vitesse de la lumière dans le vide est c=299 792,458 km/s)
Les ondes radioélectriques (dites ondes radio) sont des ondes électromagnétiques dont la fréquence est comprise entre 9000 Hz et 300 milliards de Hz.
La fréquence des ondes lumineuses perçues par l'œil humain va de 400 000 milliards de Hz à 800 000 milliards de Hz.
Au-delà de ces fréquences du spectre visible, on trouve l'ultraviolet, les rayons X, les rayons gamma et le rayonnement cosmique.
Je donne un lien vers une page qui donne la gamme de pratiquement toutes les fréquences connues et, en particulier le détail de celles utilisées par l'humanité.
Vous verrez, c'est impressionnant
http://altert.family.free.fr/pere/gammes00.html

Je quitte maintenant le domaine scientifique pour revenir un peu sur une représentation du phénomène de sortie hors du corps incluant les EMI ou EMP (NDE en anglais).
Comme beaucoup de celles et ceux qui ont vécu ce type d'expérience, je pense qu'il s'agit d'un "passage" dans des plans de conscience qui vibrent à des fréquences non perceptibles par nos sens physiques ou par les instruments dont dispose l'être humain à l'heure actuelle, mais bien "réels" lorsqu'on "quitte" le monde 3D (on devrait dire 4D, car on quitte aussi le déroulement usuel du temps).
Je ne voudrais pas laisser entendre en donnant cette interprétation que j'ai l'idée simpliste que "tout" s'explique par les fréquences vibratoires. Il y a sans doute une infinité de choses qui échappent à notre actuelle compréhension intellectuelle. Cependant, je pense que cette approche a une certaine validité.

Dans les premiers "niveaux", les représentations sont assez proches de celles du monde physique, même si l'on peut remarquer des différences plus ou moins importantes, selon le type d'expérience (intensité plus forte des couleurs, vision à 360°, impression que tout est vivant et que l'on fait partie du tout etc..)
Comme le dit William Buhlman dans son livre "Voyage au-delà du corps" dont je conseille la lecture, on peut se trouver dans des environnements qu'il appelle "consensuels", dans lesquels notre volonté propre ne peut guère faire de modifications contrairement à ce qu'on peut faire au cours d'un rêve lucide
Pour ceux qui ont accès à internet, voici, à ce sujet, un de mes posts à l'adresse suivante : https://www.facebook.com/RDEXPERAP/posts/1748567411937155?__tn__=K-R
Si vous n'accédez pas à Facebook et souhaitez lire cette publication, vous pouvez me laisser un commentaire dans ce sens et nous verrons comment faire.

Disons pour finir quelques mots sur les fameuses ailes des anges.
J'ai traité du sujet des Hiérarchies Angéliques dans une vidéo dont voici le lien :
https://www.youtube.com/watch?v=gGYtf6P3-AI

Dans la Bible, seuls les Chérubins (Ézéchiel 1 et 10) et les Séraphins (Ésaïe 6) sont décrits avec des ailes, mais plus de deux. Les Chérubins en ont quatre et les Séraphins en ont six. On voit d'ailleurs que les deux prophètes ont du mal à décrire clairement leur vision peut-être plus symbolique qu'objective.
Lorsque l'on fait des sorties hors du corps, il arrive qu'on ne se rende pas compte qu'on possède un autre corps parce que notre état de conscience n'est pas suffisant, ou bien on se sent pure conscience d'observation ou comme une sphère.
Mais la plupart du temps, on ressent que l'on dispose d'un corps avec, non seulement le sens de la vue et de l'ouïe mais aussi de l'odorat, du toucher et même du goût.
On peut observer ses propres mains, ses vêtements. Il m'est arrivé, une fois, de toucher mon tibia gauche pour voir si la croute qui s'y trouvait à ce moment-là dans mon corps physique, y était également. Ce qui, à ma grande surprise a été le cas.
On dit que certaines personnes mourant par blessure(s) "arrivent dans l'au-delà" avec une partie de ces blessures reproduites dans leur corps subtil, jusqu'à ce qu'elles comprennent ce qui leur est arrivé et l'acceptent.
On s'aperçoit assez vite qu'avec ce nouveau corps, on n'a pas besoin d'ailes pour voler.
On n'y parvient pas toujours car cela dépend beaucoup de l'état de conscience dans lequel on se trouve.
Il m'est arrivé de me sentir "un peu fier" d'y parvenir, surtout en présence de personnes qui me regardent, pour me rendre compte aussitôt que ce sentiment vaniteux me faisait retomber sur le sol plus ou moins rapidement à ma grande déception, mais on reçoit là une bonne leçon d'humilité…
J'ai remarqué que dans ce type d'expérience, on ne paraît pas toujours, aux yeux de personnes qui nous voient, tel que l'on pense être.
Voici le lien vers un post où j'en parle :
https://www.facebook.com/RDEXPERAP/posts/1743782489082314?__tn__=K-R
(Même remarque que précédemment).

Pour en venir à la question : "Est-ce que les anges ont besoin d'ailes"
J'y réponds de façon très succincte : "Ils n'en ont sans doute pas plus besoin que nous lorsque notre conscience se situe hors du corps physique".
Il est possible que cette perception des ailes corresponde à des vortex énergétiques entourant ces êtres plus avancés que nous dans l'échelle de l'évolution, mais ils peuvent aussi apparaître aux humains sous la forme à laquelle ceux-ci s'attendent…
…………………………….
Note : Gagarine aurait déclaré lors de son vol du 12 avril 1961 autour de la Terre « Je ne vois aucun Dieu là-haut ». Cependant aucune parole semblable n'apparaît dans les enregistrements des conversations de Gagarine avec les stations terrestres pendant le vol. En 2006, son ami le colonel Valentin Petrov a déclaré : « Youri n’a pas pu dire une chose pareille, car il était croyant et il était baptisé Orthodoxe. ». C'est Khrouchtchev qui aurait prêté ces paroles à Youri Gagarine lors d’une réunion plénière du parti communiste Soviétique consacré à la propagande antireligieuse. En 2011, le recteur de l'église orthodoxe de la cité des étoiles a dit que Gagarine avait baptisé sa fille aînée peu avant son vol spatial. Gagarine est décédé le 27 mars 1968 au cours d'un vol en avion de chasse.
…………………..
Merci à celles et ceux qui ont eu la patience et le courage de lire ce post jusqu'au bout.
N'hésitez pas à commenter ou à poser des questions.
Réponse acceptée Pending Moderation
Pour la vidéo "Notre Dame", je parle de cette expérience entre la sixième et la douzième minute. En particulier, j'y mentionne mon passage par une sorte de puits ascendant.
Je pense que ce puits peut s'apparenter au fameux tunnel dont témoignent beaucoup d'EMIstes, même s'il ne semble pas que, pour eux, il soit à la "verticale".
Mais, dans les deux cas, il doit s'agir d'un vortex permettant de passer d'un "niveau vibratoire terrestre" à un niveau beaucoup plus élevé sans avoir à traverser les zones intermédiaires qui peuvent être traumatisantes. D'ailleurs, il me semble que c'est par ce type de zones (auxquelles on donne souvent le nom de "bas astral";) que passent les personnes vivant une EMI dite "négative". On a moins de témoignages de ces EMI car ceux qui vivent cette pénible expérience préfèrent souvent l'oublier et même s'ils n'y parviennent pas, ils n'ont pas trop envie d'en parler.
https://www.youtube.com/watch?v=1G-GCZ2z-jU
  1. il y a 2 semaines
  2. Forum
  3. # 1
Réponse acceptée Pending Moderation
UN FEU D'ARTIFICE
Je viens de recevoir un petit signe comme je les aime.
Le matin où j'ai partagé l'article sur le Paradis dans différents groupes Facebook, l'indicateur du nombre de "personnes touchées" était autour de 250.
A ma grande surprise, le soir il était passé à 3500.
Je sais bien qu'une personne "touchée" ne signifie pas personne "intéressée" mais l'image d'un feu d'artifice s'est imposée à moi, ce soir-là, par son caractère à la fois époustouflant et éphémère.
Le lendemain matin, ce compteur était à plus de 5000 avec près de 700 interactions et cette image de feu d'artifice m'est revenue.
Enfin, trois jours après, j'ai constaté que le "feu d'artifice" s'éteignait avec un compteur à 6300 pour les personnes touchées et 960 pour les interactions.
C'est alors que j'ai reçu un message de la part d'un ami, dans lequel, il me raconte un rêve qu'il a fait : " Cette nuit, près d'un lac, des lumières de projecteurs roses dans le ciel. Je regarde. Un feu d'artifice, mais c'est un avion de combat miniature qui tire les feux. Il fait des tas d'acrobaties. On se retrouve ensuite dans ta chambre et tu me proposes de revoir la scène sur ton écran et de me commenter les acrobaties."
  1. il y a une semaine
  2. Forum
  3. # 2
  • Page :
  • 1


Il n’y a encore aucune réponse faite pour cette discussion.
Cependant, vous n'êtes pas autorisé à répondre à ce message.