Brave Lad (le petit garçon)

A150131ContesRose-CroixGlycineHistoires de l'Ere du Verseau pour les Enfants
Vol. V, no 34

Loin d'ici, dans un pays par delà les mers, dans une belle maison brune, si différente des maisons de notre pays, vivait une gentille famille, aussi heureuse qu'elle pouvait l'être. Cette charmante maison brune avait une glycine grimpant le long de ses côtés et quand la floraison se balançait dans la brise, son doux parfum flottait dans la maison.

La maison était non seulement différente des autres, mais les gens qui y vivaient étaient différents aussi. Ils avaient une peau plus foncée que la nôtre et de petits yeux étroits, ainsi que des cheveux très noirs.

Dans le jardin il y avait de splendides cerisiers tout en fleurs qui ressemblaient à de gros bouquets. Ces arbres étaient si beaux que parfois cette contrée était nommée « Le pays des cerisiers fleuris ».

Dans un jardin, il y avait un cher petit garçon à peine âgé de sept ans. Son nom était Lad et il était très actif à réunir des bouquets de fleurs pour garnir l'intérieur de la maison.

Bientôt, les bras pleins de belles fleurs, il rentra dans la maison et aida sa mère à en garnir les vases. Tout y était brillant et gai et sa mère riait et parlait avec lui, tout en arrangeant les fleurs.

Alors le père de Lad entre dans la maison. C'était un bel homme habillé d'un kimono brodé. Il appela le petit Lad et ils eurent une longue conversation ensemble.

Après le repas du soir, le père et le fils sortirent de nouveau dans le jardin où ils s'assirent assez longtemps ; puis ils s'échappèrent par une ouverture secrète et allèrent au temple. Les douces cloches du temple semblaient chanter une chanson lorsqu'ils entrèrent pour prier. Le petit Lad demanda au Père Céleste de le rendre brave et plein de courage, afin de devenir fort et sage comme son père.

Puis, ils sortirent du temple et marchèrent loin, loin, jusqu'à ce qu'ils arrivent dans une forêt sombre et le coeur du petit Lad se mit à battre très fort. Son père avait été très silencieux tout le long du trajet, mais maintenant il lui dit :

« Mon fils, je vais vous laisser maintenant tout seul dans la forêt. Mais vous n'avez pas à avoir peur. Le Bon Dieu veillera sur vous. »

Puis il disparut dans la sombre nuit et laissa le petit garçon à lui-même.

Comme tout sembla sombre ! L'ombre était impénétrable et il ne voyait pas de sortie. Les feuilles bruissaient et il y avait un curieux bruit de petits pieds s'agitant de-ci, de-là. Les arbres étaient énormes et restaient silencieux. Il semblait qu'il n'y avait pas de chemin de sortie à cette épaisse forêt.

Petit Lad se tint très tranquille pendant un long moment car il ne savait pas de quel côté se tourner. Qu'allait-il faire maintenant ? Il désirait tant retrouver sa mère. Elle semblait si loin de lui en ce moment, comment la retrouver ?

Comme il pensait tellement à sa mère, il se souvint soudain qu'elle lui avait parlé d'une petite lumière qu'il portait en lui, n'importe où il allait ; tout au centre de son petit coeur, avait-elle dit, brûlait une petite flamme qui ne s'éteignait jamais.

Aussi, il se mit à souhaiter que cette petite lumière soit si brillante qu'elle lui montrerait le chemin de sa maison. Puis, il se souvint que des pensées secrètes vivaient aussi dans cette lueur et il fut rempli d'espoir. Il fut persuadé que cette petite lumière le guiderait vers sa mère.

Bientôt, il sentit s'éveiller autour de lui les petites voix de la Nature et il entendit dans les arbres de gais bruissements.

A l'intérieur de lui-même, la petite voix du courage lui parla doucement : « Brave petit garçon, votre Ange gardien, plein d'amour, veille sur vous. Marchez droit devant vous, sans peur, et tout sera bien ».

Juste à ce moment, sa petite lumière se mit à briller si intensément qu'elle passa au travers de ses petits yeux noirs et il put voir clairement le chemin menant hors de la forêt. Les petits esprits de la nature semblaient être partout et il ne se sentit plus du tout solitaire ou effrayé. Des pensées secrètes l'aidaient à se sentir heureux et bientôt il chanta en marchant rapidement par les bois tranquilles. Après quelque temps, il arriva au bout du sentier. Là, il trouva la Lune qui l'inonda de ses rayons lumineux, les étoiles scintillaient en le rendant heureux le long de sa route et en l'éclairant et le menant tout droit vers sa propre maison. Là il trouva sa gentille maman et son père, attendant leur brave petit Lad qui avait montré tant de courage.

Ceci est l'histoire d'un de nos petits frères du Japon, le pays des cerisiers en fleurs. Tâchons de toujours garder notre petite lumière vivante et lumineuse pour que nous aussi nous puissions être braves et courageux. Alors nous n'aurons jamais peur dans l'obscurité, parce que nous savons que :

« DIEU lui-même est LUMIERE ».