1. Mehiel
  2. Forum
  3. dimanche 23 octobre 2022
  4.  S'abonner via e-mail
Bonjour,
La problématique des drogues m’a touchée deux fois ces dernières années et bien que j’y ai répondu pour moi, temporairement, il serait intéressant d’avoir vos avis !

Pour ceux qui suivent la voie du sentier spirituel, engagement de Candidat ou non, il est évident que les drogues et associés ne sont pas indiquées du tout ;)

Cependant la vie vous force des fois à subir des évènements non-désirés.
J’ai eu deux bons accidents violents ces dernières années (nécessitant l’envoie d’un hélicoptère :o ), et j’ai dû recevoir un certain nombre de drogues (au sens médical) + anesthésie générale, plusieurs fois, et on peut dire que ça m’a fait beaucoup réfléchir sur l’impacte de notre attitude intérieur à avoir, et les conséquences sur notre démarche spirituelle.

La dernière fois, en Mai 2022, après une double fracture en parapente, j’ai refusé la morphine des pompiers (l’infirmière s’est pratiquement mise en colère contre moi) mais j’ai tout de même accepté les 2 fois 2mg en intraveineuse lorsque le premier chirurgien m’a tiré sur le membre cassé pour réaligner les os, et qu’on a dû m’entendre hurler de très loin.

J’ai encore essayé d’éviter l’anesthésie générale mais la rachi-anesthésie n’était pas recommandée dans mon cas, j’ai donc accepté.

Idem pour le traitement de la douleur, ce sont des opiacés qui agissent sur le cerveau et ses récepteurs µ, (et procurent un petit coté euphorique agréable du reste).

La sagesse nous souffle qu’il serait stupide de tout rejeter en bloc. Quand à Max Heindel, il était vraiment radical sur les sujet des psychotropes (lui qui a vendu des cigares quelques années avant par ailleurs).

Après beaucoup de réflexions, j’en suis arrivé à la conclusion que ça ne portait pas de conséquences fâcheuses, que je ne me sentais pas plus déconnecté de ma nature spirituelle, et que si les circonstances de la vie en apportent la « nécessité » alors c’est notre ligne de vie qui est ainsi faite pour nous instruire.
Suite de la réflexion : devrait-on refuser systématiquement toute forme d’antidépresseur, stimulant, calmant, somnifère, caféine ou autre, qui sont chacun à leur niveaux des formes de « drogues » ?

Amitiés fraternelles
Réponse acceptée Pending Moderation
Bonjour Mehiel

Pour moi les drogues vont à l'inverse de la volonté par la dépendance donc vraiment à rejeter mais parfois utile pouvant aider le corps physique et une une fois n'est pas coutume comme on dit. Avez vous des problèmes avec l'acceptation du vaccin de la covid? ;)
Jocelyn
  1. il y a 3 semaines
  2. Forum
  3. # 1
Réponse acceptée Pending Moderation
Bonjour Jocelyn,

Merci pour la réponse !
Oui, les drogues fortes type opiacés (par exemple) engendrent des dépendances, mais si le but est d'être indépendant de tout, alors nos habitudes, des substances non-catégorisées comme drogues et bien des choses nous sont dominatrices au même niveau.
Je me demandais s'il n'y avait pas un jugement excessif sur ce point de la part de notre Maxou.

Le vaccin ? Pour ce ce qui est du sérum ARNm produit par des firmes dont la plus connue a été condamnée plus de 18 fois en 20ans, je suis très heureux de m'en préserver ! ;)
  1. il y a 2 semaines
  2. Forum
  3. # 2
Réponse acceptée Pending Moderation
Bonjour à toutes et tous,

Comme bien souvent je m'en remets à l'intention, mon intention, ce pour quoi je fais les choses, j'adopte tel ou tel comportement quelles que soient les circonstances.

C'est ainsi que j'appréhende également le recours aux drogues du point de vue médical.
Si la douleur est supportable, alors je m'en passe, sinon j'accepte la prescription en demandant à ce qu'elle soit la plus légère possible en écoutant mon médecin.

Merci.
  1. il y a 2 semaines
  2. Forum
  3. # 3
  • Page :
  • 1


Il n’y a encore aucune réponse faite pour cette discussion.
Cependant, vous n'êtes pas autorisé à répondre à ce message.